Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de JIGSAW

Publié le 6 Novembre 2017 par Romain Jankowski in critiques

Les retours d'anciennes sagas, on connaît maintenant. SAW, c'est l'horreur graphique pure des années 2000, celle qui prenait le spectateur pour un voyeur goûtant aux tortures du tueur au puzzle. Sept épisodes, inégaux, mais parfois très prenant et menés par un chef d'orchestre qui représente la pierre angulaire du système : le fameux Jigsaw parfaitement incarné par Tobin Bell. 

En sept longs-métrages, les retournements de situation ont été légion et la mort du tueur a laissé la place à d'autres substituts (comme le lieutenant Hoffman). Dix ans après les exactions commises, voilà que des meurtres étrangement comparables à ceux orchestrés par Jigsaw font leur apparition. Voici comment on relance la machine des tortures ! Outre une mécanique très (trop) connue, le film laisse planer un doute persistant sur la nature même du jeu et de son organisateur. Très vite, JIGSAW ne parvient plus à instaurer la moindre ambiance, celle poisseuse des premiers voire la psychologie et la responsabilité des victimes. Alors que plusieurs épisodes les ont confrontés à des sévices lourds et parfois conséquents, on a l'impression ici que tout est linéaire, parfaitement devinable. De manière objective, peu d'aspect peut encore nous étonner et ce n'est pas le twist final qui rachètera cette sensation. 

Alors que le septième épisode avait déjà raccroché les gants, ce nouveau volet prolonge cet état de fait. Le plaisir pervers n'y est plus, le suspense a disparu. L'ombre de Jigsaw, l'un des personnages les plus fascinants du film de genre moderne, plane toujours comme si la saga était incapable de trouver un souffle sans lui. C'est probablement la vérité tant il n'a jamais été réellement absent même après sa mort. Plus que le gore ou les pièges, il est l'âme et la raison d'être d'une saga parfois déstabilisante, mais qui a toujours réussi à former un tout plus ou moins crédible. Ce que la révélation finale vient cassée (là on tombe dans la surenchère incohérente). L'idée d'une nouvelle saga ne serait pas une bonne idée.

 

AVIS GLOBAL : N'ayant plus d'idées nouvelles, ce huitième épisode se contente de reprendre les mêmes enjeux et la même structure que les anciens volets, à tel point que les jeux deviennent prévisibles. La saga devrait s'arrêter. 

NOTE : 07 / 20

 

JIGSAW   1h32

Un film réalisé par les frères Spierig. 

Avec Matt Pasmore, Callum Keith Rennie, Hannah Emily Anderson, Tobin Bell.

critique de JIGSAW
Commenter cet article