Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de COCO

Publié le 30 Novembre 2017 par Romain Jankowski in critiques

Lorsque PIXAR n'enchaîne pas ses suites au mieux sympathiques (LE MONDE DE DORY, MONSTRES ACADEMY) au pire ratées (CARS 2 et 3), le studio crée par Edwin Catmull continue de forger sa légende à travers des oeuvres originales souvent grandioses, débordantes d'envie et d'émotion. 

S'intéresser au Jour des Morts, une symbolique forte au Mexique, les petits génies du studio à la lampe ont encore une fois totalement réussi leur pari. D'une part parce que l'histoire est d'une humanité poignante dans laquelle s'épanouit une universalité étonnante. Jamais ésotérique, s'attardant sur l'importance du souvenir et des rapports qui peuvent exister entre les morts et les vivants, COCO monte progressivement, renforçant à chaque séquences ses enjeux sans jamais lâcher Miguel, son personnage principal. Ce petit garçon, attachant dès sa première apparition, reflète les rêves et les désillusions d'une famille brisée qui se refuse à laisser leur protégé faire ce dont il a envie : la musique. 

La famille agit sur lui comme un cocon protecteur, mais également étouffant où le moindre de ses gestes est épié. Son passage dans le royaume des Morts est une occasion pour lui de

revenir à la source de cette fameuse malédiction familiale. Là, le récit tourbillonne et enchaîne les rebondissements, pas pour chercher la surprise à outrance, au contraire. Miguel découvre qui il est alors que son obstination lui fait commettre des erreurs. Il se forge, il se frotte aux turbulences adultes puis s'assume dans un final absolument terrassant, un joyau égal à la séquence d'introduction bouleversante de LA-HAUT. Dans une synergie folle entre la musique, l'image et l'émotion, qui noue la gorge autant qu'elle nous rappelle notre propre rapport aux défunts, COCO percute en nous dévoilant ce qu'il a mis patiemment en place : la beauté de la vie. 

Jamais larmoyant, virevoltant dans l'aventure qu'il présente, stupéfiant dans sa maîtrise technique, Lee Unkrich réalise une nouvelle pépite qui marquera, à coup sûr, beaucoup d'esprits ! 

 

AVIS GLOBAL : Absolument bouleversant dans la limpidité des émotions qu'il véhicule, COCO est un joyau qui risque de faire fondre même les plus endurcis. S'adressant à tous, nous questionnant intérieurement, l'aventure du petit Miguel s'achève qu'on a déjà envie de la revoir !

NOTE : 17 / 20

 

COCO  1h40

Un film réalisé par Lee Unkrich

critique de COCO
Commenter cet article