Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

LA BELLE ET LA MEUTE, DU CINEMA DUR ET ENGAGÉ

Publié le 6 Octobre 2017 par Romain Jankowski in dossiers

Lors d'une fête étudiante, Mariam, jeune tunisienne, croise le regard de Youssef. Quelques heures plus tard, elle erre dans la rue en état de choc. Voici comment démarre l'histoire de LA BELLE ET LA MEUTE, titre détourné du célèbre conte qui s'appuie sur la puissance frontale de son récit pour bâtir une oeuvre féministe. 

Le film de Kaouther Ben Hania, qui était documentariste jusqu'ici, s'est inspirée d'un fait divers pour son histoire (même si il a modifié considérablement le contexte). Comment retrouver sa

dignité après avoir subie un viol ? La personne victime de cet acte a écrit un livre et la cinéaste s'est plongée dedans pour retranscrire le mieux possible les problèmes inhérents à ce genre de violence. Beaucoup de femmes n'osent pas en parler et encore moins venir devant la Justice pour ouvrir l'enquête. Ben Hania a voulu mettre en évidence ce courage, important, en traduisant cela par le biais de la fiction qui lui permettait alors d'emprunter le chemin du thriller. 

Il y a aussi de la dureté politique dans LA BELLE ET LA MEUTE, puisque la cinéaste n'hésite pas à pointer du doigt un système qui ferme les yeux pour ne pas ternir son image. Elle s'est, en partie, inspirée de THE HUNTING GROUND, documentaire choc de Kirby Dick sur les universités américaines qui évacuent le viol avec une indifférence volontaire. Sans viser un pays en particulier, Kaouther Ben Hania a voulu montré son héroïne subissant tous ces effets dans une sorte de culpabilisation inversée. 

LA BELLE ET LA MEUTE sortira sur les écrans le 18 octobre prochain.

La bande-annonce disponible ci-dessous : 

Commenter cet article