Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

LA NAISSANCE D'HOLLYWOOD : PARTIE 1

Publié le 28 Septembre 2017 par Romain Jankowski in Histoire du cinéma

LA NAISSANCE D'HOLLYWOOD : PARTIE 1

Dans cet article en deux parties, nous allons revenir sur la naissance d'Hollywood qui a connu de nombreux événements qui ont forgé sa renommée. Nous commençons en 1895 et pousseront jusque 1929 et le basculement qu'a engendré la crise sociale. 

LES PREMICES

L'Amérique découvre le cinéma dans les salles de fortunes des Nickel Odeons (petits cinémas de quartier du début du XXème siècle, photo ci-contre) et le médium ne tarde pas à gagner ses lettres de noblesse. Ce faisant, il devient l'enjeu d'une lutte acharnée entre les différents

acteurs du marché. Une lutte qui se poursuit encore aujourd'hui, plus d'un siècle après la naissance du cinéma et d'Hollywood.

Lorsque Thomas Alva Edison se penche sur la photographie à la fin du XIXème siècle, il est déjà à l'origine de plusieurs centaines de brevets. S'inspirant des travaux du français Emile Reynaud (qui avait peint des bandes de papier perforé pour obtenir les premières images animées), l'inventeur enregistre des photographies sur pellicule. En 1893, il les présente au public grâce au Kinetoscope. Mais cet appareil ne permet qu'une vision individuelle des films. 

A partir de 1896, quelques mois après la toute première projection de l'Histoire du cinéma le 28 décembre 1895, plusieurs procédés concurrents à Edison sont exploités dont celui des frères Lumière, naturellement. Le cinéma commence à se projeter un peu partout dans le monde et c'est donc ainsi dans les Nickel Odeons que le public américain découvre les premiers films diffusés pour 5 cents. Dans une Amérique en pleine industrialisation, ce cinéma du premier âge s'impose rapidement comme le loisir favori des populations modestes, composées d'ouvriers et d'immigrants fraîchement débarqués. Par la suite, les années 1900 marquent l'explosion de l'activité cinématographique dont un élargissement des publics (plus de diversité dans les classes sociales). De plus, des genres différents commencent à naître notamment avec L'ATTAQUE DU GRAND RAPIDE (photo ci-dessous), le premier western réalisé par Edwin Stanton Porter en 1903. Par la suite, l'influence de David Wark Griffith, jeune réalisateur inventif et prolifique, va se faire ressentir notamment pour la Biograph Company qui devient une société de production prestigieuse. Une nouvelle étape est franchie pour le septième art en 1907 quand les exploitants annoncent la trois millième salle ouverte aux USA. Chaque jour, ce sont pas moins de deux millions d'américains qui vont au cinéma. 

 

NAISSANCE D'UNE INDUSTRIE

L'engouement inattendu du public pour le nouveau médium aboutit à une guerre commerciale dans un but de contrôle de l'industrie naissante. Et cela va très vite ! Dès 1896, Edison, qui détient de nombreux brevets comme dit ci-dessus, réclame déjà une part des profits. L'inventeur va loin car il n'hésite pas à traîner les entrepreneurs plutôt récalcitrants devant les tribunaux. De ce fait, et au vu des gains vertigineux engendrés par les salles de cinéma, une course au profit va se matérialiser. 

De l'immigration venant de l'Europe de l'Est dans les années 1900, émerge une exploitation des "moving pictures"(littéralement images en mouvement). De son côté, Marcus Loew, futur

fondateur de la MGM, abandonne le commerce de fourrure au profit du "nickel vaudeville", mélange de films et de numéros de cirque. Adolph Zukor, futur dirigeant de la PARAMOUNT, suit le même parcours en ouvrant sa première salle de cinéma à New York. En Ohio, les désormais célèbres frères Warner, émigrés polonais, utilisent les économies familiales pour monter des projections ambulantes. Enfin, Carl Laemmle va fonder UNIVERSAL PICTURES et la concurrence entre tous commence réellement, d'autant qu'Edison tente de contrer ces nouveaux concurrents en créant la "Motion picture patents company" soit une alliance d'entrepreneurs anglo-saxons, bourgeois et protestants, a pour objectif le contrôle de l'industrie. La méthode est simple : retirer, par un habile jeu de brevets, toute possibilité aux autres exploitants de réaliser ou présenter des films sans leur accord. C'est ainsi les indépendants se sentent menacés et qu'ils fondent, pour la plupart, leurs propres sociétés de production. 

 

MIGRATION VERS LA CALIFORNIE

Dans ce climat très concurrentiel, la plupart des producteurs se décident à rejoindre la Californie principalement pour profiter d'une main-d'oeuvre bon marché. Ils trouvent un Etat quasi vierge, aux paysages contrastés, décors rêvés de tous types de films. 

Fragilisé par des dissensions internes, le groupe d'Edison finit par éclater au début des années 1910. Dès lors, la bataille reprend de plus belle et a migration vers l'ouest s'intensifie. C'est ainsi que commence à naître les terres hollywoodiennes, les sociétés les plus importantes créant leurs studios en Californie, tout en conservant leurs sièges sur la Côte Est. Los Angeles connaît alors un développement impressionnant, les producteurs se regroupant autour d'une bourgade qui va bientôt devenir HOLLYWOOD. A la fin de cette décennie, la ville est devenue le coeur de l'activité cinématographique. 

 

A suivre...

Commenter cet article