Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

L'ECOLE BUISSONNIERE, FRANCOIS CLUZET CHEZ NICOLAS VANIER

Publié le 26 Septembre 2017 par Romain Jankowski in dossiers

Avec cette histoire sur la nature, une composante de l'aventurier Nicolas Vanier, François Cluzet incarne Totoche, un braconnier que Borel (Eric Elmosnino) traque sans relâche. Tout cela enrobé dans une histoire initiatique pour le jeune Paul (Jean Scandel). 

Nicolas Vanier a un parcours un peu atypique. Grand voyageur et organisateur de traversées épiques (dont celle du Canada, soit 8600 km de distance !), Nicolas Vanier s'est désormais consacré entièrement au cinéma non sans avoir raconté ses épopées dans des bouquins. Après avoir réalisé LOUP et BELLE ET SEBASTIEN, il s'est désormais penché sur un projet original, L'ECOLE BUISSONNIERE. Né d'une idée commune entre Vanier et Vivien Aslanian, le long-métrage est soutenu par Clément Miserez et Matthieu Warter, tous deux producteurs chez RADAR FILMS. Aidé par les 3 millions d'entrées de BELLE ET SEBASTIEN, le projet est directement accepté (ce sont eux qui avaient produit l'adaptation au cinéma

de la célèbre série). Se situant dans les années 30, le film nécessitait un budget conséquent, mais il ne se fera que pour 8,5 millions d'euros, ce qui a poussé l'équipe technique a être très inventive dans l'utilisation de cet argent. STUDIO CANAL arrive dés lors dans la course pour le distribuer tandis que FRANCE 2 et CANAL + s'investissent. 

Avec un solide casting (François Berléand, Eric Elmosnino, Valérie Karsenti), L'ECOLE BUISSONNIERE possède un argument indiscutable dans l'approche du grand public : François Cluzet. L'un des meilleurs acteurs français actuel change la dimension d'un tel film à lui tout seul. Le danger d'une histoire qui se déroule dans une seule région et dans la nature, c'est d'être un peu refermée sur elle-même. Ce casting permet d'élargir un peu sa cible. Le récit peut ensuite sentir la patte de Vanier avec ses grands espaces, ses relations humaines, les turbulences de l'enfance. Puis, en toute logique, le cinéaste n'a pas voulu de studio et a donc tout tourné en extérieur. Lui qui voit la nature comme une transmission des valeurs, il désire plus que tout, à travers son cinéma, faire réfléchir le spectateur à une société plus humaine.

Rempli de belles intentions, L'ECOLE BUISSONNIERE sort le 11 octobre. 

La bande-annonce ci-dessous : 

Commenter cet article