Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de 120 BATTEMENTS PAR MINUTE

Publié le 12 Septembre 2017 par Romain Jankowski in critiques

Dithyrambiques et affolantes, les avis de ceux qui l'ont vu sur la Croisette ont alimenté un festival de Cannes un peu anémique cette année. Robin Campillo (LES REVENANTS) pointe son sujet sur les années militantes d'Act Up, association pour lutter contre un Sida mal compris à l'époque et que personne ne veut combattre frontalement. Sauf que cette maladie fait des morts...

Pour faire comprendre les motivations des combats de Act Up (et ses règles), Campillo a la formidable idée d'intégrer des nouveaux éléments qui entrent en même temps que le spectateur dans cet univers singulier. Le cinéaste filme la vie, les pulsions parfois violentes de certains, les danses, les rires, les regards. On capte l'instant avec une énergie débordante car les jours sont comptés. Là, dans sa première heure, 120 BATTEMENTS PAR MINUTE a tout du prodige. Les AG de l'association sont remarquables d'intensité, les buts de chacun clairement déterminés et on a une vraie impression de participer aux combats presque perdus d'avance de ces jeunes sans illusions. La plupart vont mourir. Et cette évidence constitue l'aspect poignant d'une histoire d'amour qui commence à naître entre deux membres. 

En mêlant le reportage au romanesque, le réalisateur tente le grand écart. Pas toujours avec bonheur, puisque son scénario s'étire et que les personnages secondaires disparaissent pour laisser place à Sean et Nathan (les incroyables Nahuel Perez et Arnaud Vallois). Les intentions de Campillo sont claires, mais on aurait aimé également voir les réactions de la population face à leurs actions, le retentissement de certaines de leurs apparitions ou la place de la maladie dans l'entourage de chacun (qui reste une zone morte pour la plupart). Mais à cette ampleur, il a préféré l'intime et la déchéance du corps face à la maladie. Un parti pris qui empêche le film d'atteindre réellement son but même si il en réussit un autre, celui de l'émotion. 

Avec une fin en trompe-l'oeil, l'histoire s'achève dans une douleur inéluctable. Saluons le courage de ces jeunes gens qui se sont battus pour obtenir quelques jours de plus. C'est peut-être la qualité la plus évidente du long-métrage : montrer la vie dans ce qu'elle a de plus intense. 

 

AVIS GLOBAL : Avec son sujet fort et très bien fouillé, 120 BATTEMENTS PAR MINUTE possède également une galerie de personnages impressionnante. De la vie à la mort, de l'énergie au désespoir, Robin Campillo réussit un film poignant. 

NOTE : 14 / 20

 

120 BATTEMENTS PAR MINUTE   2h20

Un film réalisé par Robin Campillo

Avec Nahuel Perez, Arnaud Vallois, Adèle Haenel, Antoine Reinartz. 

critique de 120 BATTEMENTS PAR MINUTE
Commenter cet article