Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

FREQUENTATION SALLES, SIX PREMIERS MOIS DIFFICILES POUR LE CINEMA FRANCAIS

Publié le 3 Juillet 2017 par Romain Jankowski in dossiers

FREQUENTATION SALLES, SIX PREMIERS MOIS DIFFICILES POUR LE CINEMA FRANCAIS

Avec une part de marché de 34 % sur les six premiers 2017, le cinéma français est en recul, d'autant qu'une problématique s'impose lorsque l'on regarde les chiffres et la rentabilité de la plupart des films sortis...

Bien sûr, vous me direz que le leader s'appelle, encore une fois, Dany Boon et qu'il a enregistré 4 544 465 entrées avec RAID DINGUE. Premier de l'année pour le moment (devant FAST AND FURIOUS 8), la comédie de Pathé a très bien fonctionné même si son budget est élevé (32 millions d'euros). Derrière, ALIBI.COM a cartonné avec 3 581 081 entrées. Restent ensuite les trois surprises, L'ASCENSION (1,1 million), IL A DEJA TES YEUX (1,3 million) et, dans une moindre mesure, le décalé ROCK N'ROLL (1,2 million). Mais ces quelques titres ne feront pas oublier les nombreux autres désastres.

Pascal Bourdiaux a été l'auteur malheureux de deux des plus gros échecs de l'année : MES TRESORS avec 140 912 entrées pour un budget excédant les 10 millions et, surtout, le flop incroyable de BOULE ET BILL 2 qui atteint à peine les 470 000 entrées pour 16,3 millions d'euros de budget ! Cette suite a fait plus de quatre fois moins d'entrées que le premier (qui avait terminé sa carrière à 2 millions d'entrées). Un véritable échec qui prouve que le public n'est pas toujours dupe. UN PROFIL POUR DEUX avec Pierre Richard n'atteint que 124 250 entrées (pour 9 millions de budget !) et BIENVENUE AU GONDWANA seulement 67 984 tickets. 

Même les "stars" n'ont pas réussi à attirer les spectateurs. Kev Adams a reçu la première gifle terrible de sa carrière avec le four GANGSTERDAM est ses 370 550 tickets vendus (pour 13,5 millions d'euros de budget, rentabilité de 15 %...). Le stéréotypé A BRAS OUVERTS avec Christian Clavier et vendu comme un post- QU'EST-CE QU'ON A FAIT AU BON DIEU ? n'aura été qu'une campagne marketing (1,021 million d'entrées pour un budget très élevé de 17 millions !). Pour finir, Eric Judor se plante avec PROBLEMOS (moins de 200 000 tickets vendus). 

Et encore la liste est plus longue (SI J'ETAIS UN HOMME, L'EMBARRAS DU CHOIX, TELLE MERE TELLE FILLE,...) et les rentabilités sont ras des pâquerettes puisque le seul gros profit s'appelle ALIBI.COM avec 27 millions rapportés pour 6 millions engagés. Voilà un exemple d'argent bien distribué que beaucoup d'autres auraient dû suivre ! On se pose quand même quelques questions quand on voit qu'un A BRAS OUVERTS coûte 17 millions alors qu'il n'y a que cinq décors et trois acteurs reconnus ! Pire constat encore pour UN PROFIL POUR DEUX, film qui n'avait quasiment aucune chance de fonctionner en avril (plein mois de vacances), sans compter son sujet peu intéressant (un papi drague sur le net) et un Pierre Richard qui n'est plus abonné aux succès depuis longtemps. En tout cas les balances financières risquent d'être négatives pour beaucoup...

Plusieurs producteurs vont espérer la fin d'année pour se rattraper, mais pas certain que le bonheur les touche tous (même si LE SENS DE LA FETE ou encore EPOUSE MOI MON POTE devraient cartonner). Affaire à suivre. 

Commenter cet article