Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de CARS 3

Publié le 29 Juillet 2017 par Romain Jankowski in critiques

Si CARS est une licence monstrueuse de merchandising (régulièrement dans les premières places de vente), elle est aussi, et d'abord, une franchise cinématographique. Vu l'opération marketing, on a plutôt tendance à oublier que le premier volet était une histoire simple, belle et nostalgique reposant sur des valeurs fortes. Puis le phénomène a enrayé la machine si bien que PIXAR a dû remettre les ingrédients du premier dans ce troisième opus. 

Parce que, soyons clairs, si nous sommes âgés de plus de dix ans, CARS 2 est assez irregardable. Il est probablement le pire des PIXAR, celui qui s'est enlisé dans son propre piège, celui du pouvoir attractif financier. Aujourd'hui, le studio d'animation veut repartir de l'avant avec un Steve McQueen qui connaît quelques difficultés avec l'arrivée des nouvelles voitures plus puissantes que lui. Il va devoir se mettre à la page et s'entraîner à l'aide de simulateurs et autres programmes de remise en forme. Sans oublier la transmission, le partage et la réussite de l'Amérique profonde tout en n'oubliant pas les aînés (les anciennes machines ont toujours les meilleurs conseils !). Si les intentions sont louables, on a souvent un peu de mal à y croire la faute à un manque de subtilité qui n'est pas habituel chez PIXAR. Tout semble devoir être un concentré de ce que le premier faisait très bien, sans parvenir à la richesse émotionnelle de celui-ci. Pire, on a cette désagréable impression d'avoir fait le tour de cet univers qui n'a plus grand-chose à offrir de plus que des courses et des leçons de morale. 

Le rythme lui-même s'avère plombé par des dialogues à rallonge. Heureusement, quelques séquences rattrapent l'ensemble, à commencer par cette course sauvage hilarante dans la boue ainsi qu'une séance d'entraînement digne de ROCKY 3 sur la plage. Ce que le design

gagne en beauté (animation évidemment irréprochable), il le perd dans son approche émotionnelle, les voitures semblant étrangement inexpressives. Il est peut-être là le vrai problème de CARS 3 : on le suit sans véritable déplaisir (même s'il est parfois agaçant de bons sentiments), mais il ne nous touche à aucun moment. Loin de la force des plus grands opus du studio ! On en attendra plus de COCO qui sort en fin d'année.

 

AVIS GLOBAL : Ce troisième volet lave l'affront du second sans parvenir à injecter de la fraîcheur à une franchise vieillissante. Reste une animation sublime et une sympathique course bulldozer.

NOTE : 10 / 20

 

CARS 3    1h47

Un film de Brian Fee

critique de CARS 3
Commenter cet article