Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

Publié le par Romain Jankowski

Après avoir été présentée dans BATMAN V SUPERMAN, l'Amazone a enfin son film à elle et devient, historiquement, le premier blockbuster d'une super-héroïne réalisée par une femme. Assurément, WONDER WOMAN témoigne d'une fraîcheur revigorante, plongeant ses personnages dans le contexte de la première guerre mondiale. 

Le super-héros est une figure phare de notre époque, témoin d'une société un peu vacillante en manque de mythologie et de croyance. Dans un mélange parfait d'aventure old school (qui se voit même dans le visuel avec ses quelques effets spéciaux apparents), de fantastique et d'Histoire, le film concocté par Patty Jenkins fait en sorte d'être un vrai bon divertissement indéniablement rehaussé par une belle caractérisation des personnages, en particulier celui de Diana Prince. Gal Gadot est absolument époustouflante dans le rôle, loin de la femme forte de BATMAN V SUPERMAN. L'Amazone est ici plus naïve, découvrant le monde avec des yeux d'enfants. Jusqu'au moment où elle comprend que l'Homme est violent par nature. Les subtilités du jeu de l'actrice n'ont d'égales que des dialogues très bien écrits et de l'alchimie évidente entre elle et le génial Chris Pine (Steve Trevor). Sans oublier, quelques acolytes qui apportent un peu d'humour bien dosé.

Avec ces fabuleux décors (l'île des Amazones, le Londres historique reconstitué) et ses effets spéciaux de qualité, WONDER WOMAN est un grand spectacle rehaussé par une séquence qui va rester dans les mémoires, celle du no man's land. A l'instar du combat dans l'entrepôt de Batman dans BATMAN V SUPERMAN, c'est le moment fort du film, celui qui va vous étirer un sourire de pure jouissance cinématographique. Dans un esprit de démence absolu, Diana Prince devient Wonder Woman, catapultée par le score agressif crée par Hans Zimmer. L'héroïsme dans toute sa splendeur. 

D'une belle émotion et intimement délicat (la relation entre Prince et Trevor), le film joue avec tous les codes du genre et parvient aussi à les détourner. Malheureusement, comme il est de coutume dans le DC COMICS UNIVERSE, le combat final est ridicule. Devenant soudainement (et sans rapport avec ce qui s'est passé durant deux heures) ultra-visuel, bazardant des boules de feu et des éclairs de tous les côtés (avec ralentis à la clé), ce climax est grotesque et un peu pitoyable (les dialogues sont indigestes). Sans parler d'une lisibilité nulle et d'une intensité dramatique forcément proche du néant. Malgré tout, cela n'empêche pas le film d'être une réussite ! 

 

AVIS GLOBAL : Grâce à une partition excellente de Gal Gadot, Wonder Woman prend vie dans une adaptation parfaitement orchestrée par Patty Jenkins. Bien écrit et réalisé, le film s'entache d'une fin un peu ridicule. 

NOTE : 15 / 20

 

WONDER WOMAN  2h21

Un film réalisé par Patty Jenkins

Avec Gal Gadot, Chris Pine, Saïd Taghmaoui, Connie Nielsen.

critique de WONDER WOMAN

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog