Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

LES GENRES AU CINEMA : LE MERVEILLEUX

Publié le 13 Mai 2017 par Romain Jankowski in Histoire du cinéma

Avec cette rubrique, retrouvez chaque semaine un genre ou sous-genre différent. Après le film noir, nous allons prendre une direction totalement opposée avec le merveilleux qui comprend plusieurs caractéristiques. 

Le merveilleux (plus particulièrement la féerie et la fantaisie) fut l'une des premières voies explorées par le cinéma grâce à George Méliès. Celui que l'on surnommait le "magicien de Montreuil" était bien placé pour porter à l'écran les spectacles qu'il présentait sur la scène du théâtre Robert-Houdin. Il le fit avec génie, tant son invention dans le domaine des formes (décors, trucages) s'accordait au monde magique et fantasmagorique auquel il donnait vie, peuplé de fées, de diablotins et autres personnages extravagants. Plus tard, c'est Hollywood, l'"usine à rêve" qui prit littéralement le pouls du merveilleux. Grâce à sa puissance financière, les trucages et autres effets spéciaux sont sophistiqués et impressionnants. En 1939, LE MAGICIEN D'OZ de Victor Fleming est un succès planétaire et un enchantement pour les yeux. Les spectateurs y retournent plusieurs fois, certains sur la même journée, tant ils ont du mal à réaliser ce à quoi ils viennent d'assister. Avec sa technique remarquable, son rythme entraînant, son visuel coloré et son histoire universelle, ce film reste encore et toujours ancré dans l'Histoire des grands chefs-d'oeuvres du cinéma. Bien sûr, Hollywood va s'engouffrer dans la brèche et multiplier les productions de ce genre, tournant au désastre lorsque les films deviennent des gamineries tout juste bons à engranger les dollars. 

Mais le merveilleux et le rêve sont également abordés d'une manière bien différente par quelques cinéastes majeurs. C'est évidemment le cas d'Alfred Hitchcock, mais aussi de Orson Welles ou encore Stanley Kubrick plus tard, qui vont mêler subtilement onirisme et réalisme dans des films plus sombres et torturés psychologiquement. Ensuite, le merveilleux va se décliner plus encore grâce aux nouvelles technologies qui permettent de nouvelles prouesses visuelles stupéfiantes. Ainsi, l'heroic fantasy va se développer de manière exponentielle. Ce sous-genre du merveilleux repose sur un monde imaginaire, peuplé de créatures en tous genres, proposant un récit héroïque. Ridley Scott s'y essaie avec LEGEND (photo), histoire d'amour qui mêle le bien et le mal, agrémentée de quelques personnages légendaires tels que les lutins ou les fées. On pourra également cité, plus tôt dans l'Histoire, L'EPEE ENCHANTEE de Bert I. Gordon ou, bien évidemment, JASON ET LES ARGONAUTES de Don Chaffey, le maître-étalon du genre. Peter Jackson fera briller la fantasy avec sa grandiose trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX.

D'un autre point de vue, le merveilleux pourra aussi être ancré dans le réalisme, une synergie qui fera de Steven Spielberg l'un des cinéastes les plus reconnus de notre temps. Que ce soit RENCONTRES DU TROISIEME TYPE, E.T ou même JURASSIC PARK, tous partent d'une base réaliste pour s'ancrer dans un fantastique souvent sublime (et parfois terrifiant). Dans un autre registre, tout-à-fait anti-réaliste, Tim Burton portera au summum la définition du merveilleux ténébreux et gothique. 

 

LES CARACTERISTIQUES DU FILM MERVEILLEUX   

- Le merveilleux porte plusieurs sous-genres : la féerie, la fantaisie, l'heroic fantasy, la légende, le conte, la fable, le réalisme fantastique, l'histoire de fantômes, le rêve et l'onirisme.

- Le merveilleux représente la lumière, le superbe et la légèreté même s'il peut parfois être la métaphore d'un monde plus sombre.

- Ce genre révèle souvent ce qu'il y a de mieux chez le héros principal, remplit de qualités héroïques et de valeurs fortes. 

- L'aspect visuel doit être forcément très soigné avec une palette coloré et éclatante (surtout pour la féérie et la fantaisie).

 

LES 10 FILMS À VOIR (un pour chaque sous-genre)

- LE MAGICIEN D'OZ (féerie) de Victor Fleming (1939)

- LE VOLEUR DE BAGDAD (fantaisie) de Raoul Walsh (1924)

- La trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX (Heroic fantasy) de Peter Jackson (2001-2003)

- EXCALIBUR (légende) de John Boorman (1985)

- LA BELLE ET LA BETE (conte) de Jean Cocteau (1946)

- LE GARCON AUX CHEVEUX VERTS (fable) de Joseph Losey (1948)

- E.T L'EXTRATERRESTRE (réalisme fantastique) de Steven Spielberg (1982)

- L'AVENTURE DE MADAME MUIR (Histoire de fantômes) de Mankiewicz (1947)

- LES FRAISES SAUVAGES (rêve) de Ingmar Bergman (1957)

- ARIZONA DREAM (onirisme) de Emir Kusturica (1992)

 

 

LES GENRES AU CINEMA : LE MERVEILLEUX
Commenter cet article