Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

Publié le par Romain Jankowski
BOX-OFFICE 26-28 MAI : SOLIDE DEMARRAGE POUR PIRATES DES CARAIBES 5

Ce week-end était le moment où on allait savoir si Jack Sparrow et ses collègues flibustiers n'avaient pas perdu les hauteurs du box-office. En l'état, le constat est quand même très bon : 270,5 millions de dollars de recettes mondiales en 4 jours d'exploitation pour 55 pays (il lui en restera une vingtaine à exploiter dont le Japon). Avec ses 230 millions de budget, Disney peut souffler et envisager un joli avenir. Cependant, il y a quelques ombres au tableau car le film a démarré en-dessous du précédent dans pratiquement chaque pays : d'abord le démarrage décevant aux Etats-Unis avec 62,1 millions (mieux que le premier avec 43,1 millions mais largement moins bien que tous les autres) ainsi que la baisse globale en Russie, Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne, Mexique qui perdent plus de 40 % par rapport au premier week-end du quatrième opus (qui avait déjà subi quelques pertes). Indiscutablement, la saga perd des fans malgré un socle encore solide. Malheureusement, il n'aura pas vraiment le temps de s'étaler aux Etats-Unis avec l'arrivée de WONDER WOMAN dès le week-end prochain...

L'autre sortie au pays de l'Oncle Sam était la relecture de BAYWATCH (ALERTE A MALIBU en France) avec Dwayne Johnson dans le rôle-titre. Avec 22,7 millions de dollars de recettes au démarrage, c'est une légère déception pour la Paramount qui a tout de même misé 69 millions sur ce film. D'autant que la major n'a pas un catalogue incroyable et que GHOST IN THE SHELL leur a déjà fait très mal économiquement parlant (166,7 millions de recettes pour 110 de budget...). Malgré tout, BAYWATCH devrait assez bien s'exporter et garder le cap aux USA vu qu'il n'aura aucun concurrent sur son terrain dans les prochaines semaines. 

Un danger s'annonce pour Ridley Scott : pourra-t-il réaliser un prochain ALIEN ? Avec une perte incroyable de 70 % de ses recettes aux Etats-Unis, COVENANT culmine à 57,3 millions là-bas ! L'international ne le sauve pas : 101 millions pour une exploitation maximale à 78 pays soit 158,3 millions de dollars de recettes mondiales. Son budget plutôt modéré de 97 millions lui permet de ne pas être une catastrophe, mais on est obligé de dresser un constat inquiet. Visiblement, la saga n'a plus beaucoup de public et la FOX pourrait ne pas accepter la conclusion imaginée par Ridley Scott. La sortie en Chine permettra peut-être de sauver les meubles, peut-être...

Encore plus impitoyable, le box-office du ROI ARTHUR. Inutile de vous préciser que les suites envisagées sont purement abandonnées. Et la WARNER va perdre (très) gros sur ce film. Avec 119, 070 millions de dollars de recettes mondiales (dont un triste 33,8 millions aux USA), le film de Guy Ritchie est un accident industriel avec son budget de 175 millions (hors promo). Si on recoupe les parts de recettes (c'est à dire à peu près 50 % pour le studio), la perte est estimée à 116 millions de dollars plus, approximativement, 100 millions de promo. Le studio va espérer un carton de ses prochains films pour rééquilibrer la balance avec WONDER WOMAN et surtout DUNKERQUE (le 19 juillet).

Pour les trois autres films, tout va bien. Ce sont les premiers (blockbusters) gagnants d'une année qui creusera de gros écarts entre tous les films. Tout d'abord, LES GARDIENS DE LA GALAXIE 2 a officiellement dépassé son prédécesseur : 333, 205 millions aux Etats-Unis contre 333,147 pour le premier et 783,3 millions au box-office mondial contre 773,2 millions. Encore une fois, le film de James Gunn ne perd que 39 % de ses recettes et engrange donc plus de 50 millions en sept jours pour sa cinquième semaine d'exploitation. Pour Disney, l'année est très bonne puisque LA BELLE ET LA BETE atteint les 500 millions aux Etats-Unis et 1,232 milliard au niveau mondial. Il restera certainement devant FAST AND FURIOUS 8 qui bloque à 1,222 milliard. Cependant, ce huitième volet atteint le milliard à l'international, sixième film de l'Histoire à dépasser ce cap (derrière JURASSIC WORLD et, déjà, FAST AND FURIOUS 7). Selon toute vraisemblance, Disney devrait donc truster les deux premières places de l'année au box-office mondial (avec STAR WARS en numéro 1). A moins d'une énorme surprise, peu de chances que ce ne soit pas le cas. 

Pour finir, l'exploitation globale de POWER RANGERS est terminée et le bilan est difficile : 139,2 millions de dollars de recettes mondiales (dont 85,1 millions aux Etats-Unis) pour 100 de budget (hors promo). Soyons clairs, les chances de voir une suite sont presque inexistantes.   

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog