Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de POWER RANGERS

Publié le 6 Avril 2017 par Romain Jankowski in critiques

Dans son grand concept de remaker tout ce qui a eu un sens pour le spectateur jeune ou plus vieux, Hollywood se devait de faire sa propre version des POWER RANGERS, personnages emblématiques pour toute une génération ayant grandi avec cet univers peuplé de monstres surdimensionnés à l'aspect kitsch totalement assumé. Le film, gonflé à plus de 100 millions de dollars de budget, essaie de redonner une dramaturgie à ces cinq lycéens paumés qui vont donc se découvrir des pouvoirs et devenir des protecteurs de l'humanité !

Il faudra cependant être (très) patient pour les voir en action, tant l'intrigue se fige dans de longs dialogues souvent ineptes. Tout est très expliqué et peu nerveux si bien qu'une bonne demi-heure en devient lassante. Et quand l'action démarre, tout s'enflamme dans un bouillon numérique nauséabond. On pourrait résumer POWER RANGERS à ces quelques lignes, tant on peut être déçu par le peu de plaisir que l'on a ressenti devant la projection du film. Malgré quelques idées louables, Dean Israelite (qui avait plutôt convaincu avec PROJET ALMANAC) ne parvient pas à sortir des apparats très nanardesques de la série à tel point que son projet d'approfondir les héros ne fonctionne pas avec les contours totalement libérés de la série d'origine. Pourtant, les personnages sont assez intéressants, notamment lors d'une jolie séquence de confidence autour d'un feu de camp. Leurs trajectoires personnelles ne sont malheureusement montrées que par bribes, le reste se concentrant sur la découverte du "comment devenir un power rangers". 

Le film ne trouve pas son équilibre et se casse franchement la figure dans un combat final ridicule qui nous fait plutôt mal avaler la pilule d'avoir attendu aussi longtemps avant d'avoir un minimum de mouvement. Parce qu'il faut préciser que l'action reste bloquée dans le vaisseau spatial ou la grotte, ne s'autorisant à sortir qu'à de trop rares occasions. Le seul enjeu de l'ensemble reste le devoir de se transformer en armures. Une intrigue trop mince et qui manque d'enrichissement contextuel (pas vraiment d'origin story sur ce qu'est un power ranger, par exemple). Sans parler de l'antagoniste, une espèce de sorcière des temps anciens, complètement ratée (pourtant interprétée par la talentueuse Elisabeth Banks). POWER RANGERS est donc un long précepte à une éventuelle saga (qui ne verra probablement pas le jour au vu du maigre succès du film au box-office...), pas désagréable au premier abord, mais peu mémorable en fin de compte. Tout ça pour ça.

 

AVIS GLOBAL : Malgré des efforts louables, POWER RANGERS s'embarrasse de dialogues interminables qui nuisent gravement à l'intérêt que l'on peut porter aux personnages, plutôt intéressants. Le combat final, ridicule, ne rehaussera pas l'ensemble...

NOTE : 10 / 20 

 

POWER RANGERS   2h04

Un film réalisé par Dean Israelite

Avec Dacre Montgomery, RJ Cyler, Naomi Scott, Becky G.

critique de POWER RANGERS
Commenter cet article