Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

LES GRANDS REALISATEURS : DAVID LEAN

Publié le 4 Mars 2017 par Romain Jankowski

Nul cinéphile ne saurait ignorer ce que David Lean a apporté au septième art. Son talent pour la composition d'une image, ses atmosphères particulières, son sens méticuleux de la performance, le souffle inhérent à ses grandes productions. Il était un génie aux obsessions diverses et aux idées fixes. 

D'abord assistant-opérateur, puis monteur et réalisateur, en 1942, David Lean seconde l'écrivain Noël Coward pour CEUX QUI SERVENT LA MER. Dès lors, il enchaînera plusieurs oeuvres, à commencer par BREVE RENCONTRE en 1945 qui marquera une générations de cinéphile. Ce film réaliste était exactement en phase avec la mélancolie ambiante d'après-guerre. Délicate et simple, cette histoire marque le nom de Lean dans les esprits pour ne plus jamais les quitter. Après un enchaînement de comédies aux succès divers, il devient une figure incontournable en 1957 avec le chef-d'oeuvre absolu, LE PONT DE LA RIVIERE KWAI. 

Les réussite de Lean montrent que l'art de l'imagerie n'a rien de péjoratif. Deux adaptations de Dickens lui ont fourni l'occasion d'épancher ce talent notamment OLIVER TWIST, qui reste sans doute la version cinématographique de référence du classique littéraire, fidèle en tout point aux caractérisations caricaturales des personnages et aux illustrations de l'enfance, sombres et menaçantes. Moins célèbre, mais tout aussi important, LES GRANDES ESPERANCES est mis en image avec une maestria authentique avec une pointe de romantisme ténébreux qui sacrifie volontiers la psychologie et le réalisme à l'intensité de l'émotion, toujours plus importante que le reste dans son cinéma. LE PONT DE LA RIVIERE KWAI reprend évidemment ces aspects personnels mais fait surtout rentrer le cinéaste dans quelque chose de plus grand, de plus monumental. Dès lors, le réalisateur, se faisant plus rare, ressentira le besoin de donner une ampleur considérable à la moindre histoire racontée. En témoigne LA FILLE DE RYAN qui commence comme un projet modeste avant de devenir plus spectaculaire. Tout comme LE DOCTEUR JIVAGO doté d'un souffle épique incommensurable. David Lean transforme son cinéma, le rend plus accessible, plus spectaculaire, plus populaire, plus grand, tout simplement. 

Evidemment, son plus grand film restera LAWRENCE D'ARABIE, sortie de film-testament de sa carrière toute entière. Toujours considéré comme l'un des plus grands long-métrages de l'Histoire du cinéma, il reste, cinquante cinq après sa sortie, une oeuvre flamboyante hors normes et intemporelle. Quoiqu'il en soit, dans les deux phases de sa carrière, David Lean aura su rester un authentique cinéaste populaire, fin psychologue et fidèle admirateur du sentiment humain, doublé d'un sens du spectacle incomparable. Ce n'est pas pour rien que les cinéastes de notre temps le prennent souvent comme référence ! 

LES GRANDS REALISATEURS : DAVID LEAN
Commenter cet article