Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

L'ACTORS STUDIO, LES SECRETS DE LA METHODE

Publié le 30 Mars 2017 par Romain Jankowski

En octobre 1947, l'Actors Studio ouvre ses portes à New York. Cinquante jeunes acteurs, triés sur le volet, sont accueillis par les fondateurs : Robert Lewis, Cheryl Crawford et Elia Kazan. Lors de la séance d'ouverture, ils posent les enjeux, à savoir que ce projet a été crée pour les meilleurs, ceux qui veulent bosser dur et atteindre un niveau de vérité inédit dans la performance. L'atelier cherche à rompre avec le théâtre traditionnel des ces années là pour ouvrir la porte à un nouveau cinéma. Entrée gratuite, professeurs bénévoles. Voici les prémices de la plus célèbre formation de comédiens au monde !

D'abord, l'Actor's Studio se définit par la Méthode, le coeur de l'enseignement. Par son approche théorique, l'expérience se rapproche du "Group Theatre" dont les trois fondateurs ont fait partie. De 1931 à 1940, ce mouvement avant-gardiste s'était affirmé comme un lieu de recherche sur l'acteur. Prenant la suite de cette technique, l'Actors Studio s'approprie les techniques de Stanislavski (professeur d'art dramatique russe) pour développer une nouvelle pratique du jeu, bientôt surnommée la "Méthode". Qu'est-ce que cela représente concrètement ? Elle repose sur des aptitudes sensorielles et psychologiques où l'acteur ne doit plus se contenter de parler et d'agir comme son personnage mais doit penser et sentir comme lui. En somme, c'est une immersion totale, un oubli de soi-même pour devenir le personnage et ne plus l'incarner. Le cinéma va connaître sa première fulgurance avec un adepte de cette Méthode : Marlon Brando dans UN TRAMWAY NOMME DESIR. 

D'abord monté à Boradway, le projet devient un film en 1951. C'est l'arrivée officielle de la Méthode. Elia Kazan signe la mise en scène de cette nouvelle version. Dès lors, l'Actors Studio devient pour Hollywood l'équivalent d'un vivier de stars. On identifie le style de jeu qu'il produit aux rôles de rebelles incarnés par Brando ou au mal de vivre exprimé par James Dean et Montgomery Clift. De là, plusieurs controverses sont nées, comme des débordements émotionnels de certains acteurs et actrices qui n'auraient plus réussis à gérer un après-rôle. Cela peut évidemment devenir la contrepartie d'un engagement total dans un certain type de rôle, notamment les plus difficiles psychologiquement (comme des meurtriers des violeurs, des psychopathes). Pourtant, l'Actors Studio est devenu une institution aujourd'hui grâce aux acteurs qui ont perpétué cette école comme Robert de Niro, Al Pacino ou encore Dustin Hoffman. Aujourd'hui encore, les spectateurs et cinéphiles admirent ces prestations hallucinées car c'est fascinant de voir un acteur s'effacer derrière un rôle. Daniel Day-Lewis en est le plus pur exemple actuel. Même si la génération actuelle demeure fidèle à un style moins immersif, nul doute que la Méthode fondée il y a plus de soixante-dix ans, gagne encore de nombreux adeptes dans les années à venir. 

L'ACTORS STUDIO, LES SECRETS DE LA METHODE
Commenter cet article