Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

GHOST IN THE SHELL, MANGA RESSUSCITÉ

Publié le 23 Mars 2017 par Romain Jankowski

Après BLANCHE NEIGE ET LE CHASSEUR, Rupert Sanders s'attaque à une autre icône, peut-être moins intégralement populaire, mais toute aussi importante pour ses connaisseurs : Motoko Kusanagi, cyborg féminin faisant partie d'une élite anticriminelle. 

Parfois abrégé GITS, le manga de Masamune Shirow sort en 1989 pour la première fois dans le magazine japonais YOUNG MAGAZINE. Deux autres mangas sont ensuite publiés entre 1991 et 1997 (GHOST IN THE SHELL 2 et GHOST IN THE SHELL 1.5, HUMAN ERROR PROCESSOR). Véritable phénomène, la série squatte les autres médias (films d'animation, jeux vidéo, des séries)  et commence forcément à attirer les sirènes hollywoodiennes. En 2008, DREAMWORKS achète les droits du manga. Admiratif du travail de Shirow, Steven Spielberg se voit bien prendre la direction de l'adaptation en film live des aventures du cyborg. Maintes fois repoussé, le projet est ensuite abandonné par le cinéaste qui préfère se concentrer sur d'autres films. Puis, rebondissement en 2014, DREAMWORKS engage Rupert Sanders sous l'impulsion de Spielberg. 

Plus que jamais ancré dans notre monde (hyperconnecté), GHOST IN THE SHELL apparaît bien plus actuel aujourd'hui. Le cinéaste s'est d'ailleurs servi de cela pour créer son monde, filmé en partie à Hong Kong, mais aussi en Nouvelle-Zélande, aux Stone Street Studios, fondation extraordinaire que l'on doit à Peter Jackson. Après avoir engagé Scarlett Johansson dans le rôle-titre, il travaille en étroite collaboration avec Mamoru Oshi, réalisateur du film d'animation. La difficulté est de rendre ce monde futuriste palpable pour ne pas livrer une pâle vision de l'oeuvre originelle tout en restant à une distance raisonnable de celle-ci. Trouver le juste équilibre entre attentes des fans et ouverture au grand public. 

Surtout que la PARAMOUNT, major derrière le film, a surveillé de près, ayant peur sur de nombreux points (comme l'érotisme de l'oeuvre, le fait que des personnages doivent parler japonais). Il faut dire que GHOST IN THE SHELL apparaît comme une vraie prise de risque dans le petit monde du blockbuster, tant les chances de rémunération ne sont pas gagnées d'avance. Misant sur une grosse promo et l'aura de son actrice principale, le film de Rupert Sanders promet d'être un voyage inédit aux confins du futur, dans une esthétique convaincante au vu des bandes-annonces présentées. 

GHOST IN THE SHELL sort le 29 mars. 

La bande-annonce ci-dessous :

Commenter cet article