Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de A CURE FOR LIFE

Publié le 16 Février 2017 par Romain Jankowski

En même temps prisonnier de sa maîtrise formelle sidérante et d'une certaine froideur scénaristique, A CURE FOR LIFE se considère comme un véritable défi pour le spectateur, éreintant, déroutant mais cinématographiquement génial. 

On peut sentir le sentiment amer de Gore Verbinski, blessé de l'injuste flop de son LONE RANGER, lui-même charge méchante contre l'impérialisme américain. Dès son ouverture, le cinéaste pointe sa caméra sur ces dominants de la population, ces riches PDG qui trafiquent tout ce qui veulent, quitte à faire tanguer leurs boîtes. Cependant, ces idées sont plutôt vite abandonnées au profit d'une construction narrative retors, faite de faux-semblants et d'étrangeté assumée. Au fond, on a un peu cette impression que les nombreuses digressions sont de la poudre aux yeux. Pourtant, elles sont la marque de fabrique de son auteur. Si on regarde PIRATES DES CARAIBES 2 et 3 ainsi que LONE RANGER, Verbinski brasse énormément, part sur une autre route puis revient sur la principale, histoire de s'assurer que le spectateur soit concentré. Ici, on peut quand même s'agacer de certains choix et d'une longueur parfois embarrassante. Deux heures trente, c'est long, et on reparlera forcément de ce dénouement qui relève du génie ou du désastre. Ce sera au choix, mais on ne dit rien !

Là où le film est stupéfiant, c'est dans sa beauté visuelle assez exceptionnelle. Des plans incroyablement bien travaillés, une lumière grisâtre qui donne le tournis, une composition de l'image époustouflante de clarté qui donnent toute sa vitalité à CURE FOR LIFE. Verbinski prouve qu'il a peu d'égal dans ce domaine, qu'il filme les mers des Caraïbes ou l'Ouest américain. C'est un véritable régal pour les yeux, en plus d'être indispensable à l'intrigue. La caméra capte alors le regard perdu d'un Dane DeHaan imposant, donnant corps à un personnage détestable et auquel on va finalement s'attacher. A CURE FOR LIFE est un OVNI, un suicide commercial absolu, une antithèse de l'idée d'un certain cinéma américain, mais il est aussi, et surtout, une véritable proposition de cinéma. 

 

AVIS GLOBAL : Digressif, narrativement bancal, parfois même de mauvais goût, A CURE FOR LIFE ne ressemble à rien de connu, mais respire à chaque plan d'une envie de cinéma indéniable. Verbinski prouve qu'il est l'un des grands cinéastes de notre temps.  

NOTE : 14 / 20

 

A CURE FOR LIFE   2h27

Un film réalisé par Gore Verbinski

Avec Dane DeHaan, Jason Isaacs, Mia Goth, Celia Imrie.

critique de A CURE FOR LIFE
Commenter cet article