Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de ROGUE ONE, A STAR WARS STORY

Publié le 15 Décembre 2016 par Romain Jankowski

Premier spin-off de l'univers crée par George Lucas il y a maintenant près de quarante ans, ROGUE ONE fait honneur à la saga en étant plus que jamais rattaché à elle et, paradoxalement, plus éloigné qu'il n'y paraît. 

Libéré de certains codes comme le parcours initiatique, la vision globale des événements, les sabres lasers ou encore des Skywalker, Gareth Edwards, le réalisateur du film, a pu laisser libre cours à son imagination fertile tout en retravaillant l'imagerie générale de la saga. Place donc à un vrai film de guerre, sombre et sali par la force de l'Empire qui contrôle une grande partie de la galaxie. Voici une première vraie plongée dans ce que STAR WARS a toujours caché, ces gens des plus communs, guerriers ou simples mercenaires, se battant pour la liberté. Pas de grand héros ici, ni de discours sur le bien ou le mal. Il faut lutter pour anéantir l'ennemi, se lever pour un monde meilleur. Etonnamment, ROGUE ONE devient alors une véritable histoire unique dans la grande, une aparté salvatrice. Bien sûr, son aspect prequel joue parfois contre lui, notamment dans une fin connue de tous, qui enlève nombre de questionnements ou suspense assez directement. Qu'importe, l'intérêt est ailleurs, dans cette volonté de façonner un véritable édifice doublé d'un film de casse et de guerre efficace autant qu'impressionnant. 

Il y a beaucoup de grandiose dans ce spin-off, de moments inoubliables (la première apparition de Dark Vador est d'une puissance dévastatrice) et de cadeaux offerts aux fans (des petites apparitions clins d'oeil, un plan de cockpit furtif). Sans devenir un objet à symboles comme pouvait l'être, à certains moments, le pourtant sous-côté EPISODE VII. Même si le rythme n'est pas toujours bien travaillé (quelques trous d'air dans le récit) et que la musique n'est pas inoubliable (pas le meilleur score de Michael Giacchino), impossible d'être déçu d'un film dont on on attendait beaucoup moins que les autres. A son niveau, ROGUE ONE est même un petit miracle, bien rehaussé par une séquence guerrière de près de 45 minutes qui va vous couper le souffle ! Batailles au sol et dans l'espace, gérées à merveille par Edwards qui fait preuve d'un savoir-faire assez hallucinant dans la composition de ses plans et son montage presque parfait. Voilà la plus belle scène d'action de l'année cinématographique (haut la main) mais aussi, probablement, la meilleure de toute la saga. Sans rire.

Entre références bien vues et connaissance parfaite de l'univers, ROGUE ONE s'appréciera encore plus au fil des visions. Sans être franchement transcendante, Felicity Jones assure dans son rôle de fille perdue psychologiquement par les ravages de la guerre. Elle est secondée par une très bonne équipe dont le génial Donnie Yen qui incarne Chirrut, le meilleur personnage du film. Mention spéciale aussi à K2SO, ce robot bien particulier disant tout ce qu'il pense. Mais on est quand même obligé de reparler de Dark Vador parce que vous n'allez pas vous en remettre ! 

 

AVIS GLOBAL : ROGUE ONE est une déclaration d'amour à la saga créée par George Lucas grâce à sa mise en scène exceptionnelle, ses références savamment dosées et son univers guerrier que l'on n'avait encore jamais vu sous cet angle. Une grosse surprise.

NOTE : 16 / 20

 

ROGUE ONE, A STAR WARS STORY   2h14

Un film réalisé par Gareth Edwards

Avec Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn, Donnie Yen.  

critique de ROGUE ONE, A STAR WARS STORY
Commenter cet article

Laurent 09/03/2017 07:04

En ce qui me concerne, il m'aura fallu attendre un spin-off de cet univers cultissime (mais cinématographiquement sur-côté) pour voir, enfin, un vrai bon film excellent par moments! J'apprécie la trilogie originale sans plus (il paraît que le 2, donc le 5, est un excellent film, mais je l'ai regardé trop jeune pour pouvoir en juger) et la deuxième trilogie globalement beurk. Mais avec Rogue One je peux enfin dire que j'aime vraiment un film Star Wars!