Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de LES ANIMAUX FANTASTIQUES

Publié le 18 Novembre 2016 par Romain Jankowski

Dire que ce spin-off était attendu tient du doux euphémisme. La saga la plus importante du début de siècle, ancrée directement dans la culture populaire mondiale, offre sa première déclinaison. Oui, parce que HARRY POTTER n'est qu'une partie de l'imagination incroyablement fertile de J.K Rowling qui, comme Tolkien avec sa Terre du Milieu, souhaite parcourir le moindre recoin du monde qu'elle a crée. 

On revient donc en 1926, soit plus de soixante-dix avant les événements de Potter. Norbert Dragonneau, personnage absent des films et tout juste effleuré en roman, est le protagoniste de cette histoire qui se déroule à New-York. C'est parti pour la première partie de cette histoire qui en comptera cinq ! Toutefois, il est utile de préciser que ce premier volet laisse plusieurs pistes ouvertes tout en clôturant bien son intrigue principale. Dés les premières images, le thème musical principal de la saga refait surface et nous replonge avec délice dans le monde des sorciers. Ce sera le seul vrai point commun entre ce film et la saga Potter. Evidemment, nous sommes en terrain connu, des sortilèges aux majestueux décors, mais LES ANIMAUX FANTASTIQUES a assez de substance pour se démarquer véritablement et prendre son envol après un quart d'heure d'exposition. 

Le vrai tour de force, c'est que les fans vont forcément adorer mais que de nouveaux peuvent naître. En effet, ce spin-off peut s'apprécier sans avoir vu la saga originelle. L'aventure peut donc commencer et Rowling de tendre plusieurs reflets de notre société d'autant plus qu'on y parle (un peu) de politique. La réalisation de David Yates est assez époustouflante de maîtrise et les 225 millions de budget sont bien mis en évidence. Le New-York des années 20 est impeccablement reconstitué et les inventions dingues de l'auteure et de l'équipe artistique font merveille (le siège de la magie est d'une beauté incroyable). Impressionnante aussi cette scène d'action finale un poil excessive, mais visuellement intéressante (notamment dans sa modélisation de l'antagoniste). Puis, bien sûr, les créatures, toutes magnifiques, véritables prodiges du film. Des bestioles souvent attachantes, permettant même quelques détours burlesques, en témoigne cette excellente scène comique où Dragonneau tente de remettre un rhinocéros géant (version non-moldue évidemment) dans la valise. Dans ces moments, LES ANIMAUX FANTASTIQUES touche la grâce. 

Les personnages ont toujours été la force de JK Rowling. Elle a cette capacité de rendre chaque protagoniste attachant ou trouver une part de bien chez quelqu'un de mauvais et inversement. Si Potter a été si célébré, c'est aussi grâce à sa personnalité, pas irréprochable. Et que dire de Albus Dumbledore, plus trouble qu'il n'y paraît. Quoiqu'il en soit, elle réussit une nouvelle fois à nous faire aimer tous ses héros ! En tête de ceux-ci, Norbert Dragonneau, impeccablement interprété par Eddie Redmayne. Sa bizarrerie naturelle et son côté gauche font merveille. Son acolyte, le moldu Kowalski, est le garant comique mais pas seulement, joué avec génie par Dan Fogler. Il forme un duo étincelant et là aussi on peut y voir la promesse d'une belle relation dans les prochains volets. Les deux soeurs, Tina et Queenie, sont un peu moins convaincantes mais restent des contrepoints intéressants. 

Le montage joue sur plusieurs tableaux et plante certaines situations qui serviront plus tard. Elles s'avèrent souvent frustrantes notamment avec le politicien incarné par Jon Voight. On ne comprend pas encore quel rôle il jouera mais gageons qu'il sera déterminant plus tard. Perceval Graves, incarné par Colin Farell, joue un double rôle pour se révéler dans une fin étonnante. Là encore, beaucoup de questions restent en suspens mais l'affrontement qui aura lieu peut déjà faire frémir tous les fans de la saga. N'en disons pas plus !

Finalement, LES ANIMAUX FANTASTIQUES contient très peu de défauts même s'il n'est pas parfait, certaines longueurs étant présentes. Inutile de comparer avec HARRY POTTER car il est évidemment, pour le moment, loin de la puissance d'évocation de la saga, de sa grandeur, de sa richesse. Mais avec ses promesses affichées et ses qualités effectives, LES ANIMAUX FANTASTIQUES est un grand spectacle réjouissant, très bien mené et impeccablement réalisé. Il devrait également plaire à un large public !

 

AVIS GLOBAL : Avec son sens du merveilleux et son talent de donner une ampleur universelle à son univers, JK Rowling a largement gagné son pari avec ce spin-off. Grâce à la réalisation parfois grandiose de David Yates et un personnage principal très attachant, ce premier volet est une franche réussite. 

NOTE : 16 / 20

 

LES ANIMAUX FANTASTIQUES   2h12

Un film réalisé par David Yates

Avec Eddie Redmayne, Dan Fogler, Katherine Waterston, Alison Sudol.  

critique de LES ANIMAUX FANTASTIQUES
Commenter cet article