Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de L'ODYSSEE

Publié le 13 Octobre 2016 par Romain Jankowski

Réaliser un film sur Jacques-Yves Cousteau avec ce qu'il faut de démesure et de folie était un pari insensé. Il fut dans l'ombre durant longtemps parce que trop cher, trop ambitieux, pas assez vendeur. D'abord un biopic intégral (de la jeunesse de l'océanographe jusque ses derniers jours), Jerôme Salle a revu sa copie et trouvé le bon angle : celui de la famille.

Le film est l'ouvrage de deux productions qui se sont alliées, PAN EUROPEENNE et FIDELITE FILMS. Deux soutiens pendant plus de dix ans au projet fou du cinéaste. Ce dernier a dû, en plus, constituer avec un budget de 20 millions d'euros. Soit le budget de 80 % des comédies populaires ! Sauf que là, il faut montrer donc chaque centime est à l'écran. Et si c'était justement cette économie de moyens qui faisait la force de cet ODYSSEE ? Pourtant, on ne parle pas ici de côté "cheap", loin de là. Les images sont à couper le souffle, mais s'avère surtout d'une poésie absolue, entre une danse de baleine et une ronde de requins particulièrement emballante. Une poésie qu'on aurait peut-être perdue si le film avait été plus cher. Plus de moyens, plus de surenchère.

En l'état, L'ODYSSEE est juste un grand film. Tout simplement. Pas besoin de connaître Jacques-Yves Cousteau (notre monde lui doit beaucoup) pour apprécier le long-métrage. Lambert Wilson lui donne corps avec un charisme sensationnel où l'on voit les parts plus sombres de ce commandant. La relation avec sa famille est particulièrement réussie et contamine tout l'écran. Audrey Tautou, qui joue le rôle de sa femme, est particulièrement attachante. Elle est la plaque tournante du business de Jacques-Yves, celle qui a rendu toute cette aventure possible. Il y a également Benjamin Laverhne (RADIOSTARS) en fils aîné qui s'attriste de l'indifférence polie que son père a pour lui. Mais la scène finale, terrassante, prouvera bien autre chose. Pour finir, il y a le phénoménal Pierre Niney qui interprète donc Philippe, le benjamin. Les relations houleuses avec son père, les réconciliations, la scène poignante dans un dinner américain où il balance toutes les vérités à son père, son regard d'une profondeur inouïe, cet acteur prouve à chaque film qu'il sera probablement l'un des meilleurs comédiens de notre pays. Il est d'une justesse folle et, en plus, doté d'un charisme qui bouffe tout l'écran !

Oui, L'ODYSSEE est un festival d'acteur mais pas seulement. Parce que la magie opère aux quatre coins de l'écran, constamment. Les séquences maritimes sont d'une beauté à couper le souffle, mais que dire de ce climax en Antarctique, tour de force monstrueux où la beauté de la nature nous fait sentir tout petit. C'est que le dernier acte du scénario nous embarque sur le thème délicat de l'écologie quand Cousteau change de combat. Il prend conscience de beaucoup de choses et devient un autre homme. On devient alors vite révolté par notre inconscience et celle de la génération précédente. Comme le dit Cousteau dans le film, "penser à court terme est un manque d'intelligence indiscutable". Pour finir sur une pensée terriblement vraie : nous ne sommes qu'un instant sur cette Terre, alors soyons-heureux. Voilà un film que l'on n'attendait plus.

 

AVIS GLOBAL : Un périple stupéfiant de beauté aux thématiques nombreuses et souvent touchantes. Justesse de l'interprétation, réalisation incroyable, poésie grandiose, émotions finales déchirantes, L'ODYSSEE c'est plus qu'un long-métrage, c'est une leçon de vie.

NOTE : 17 / 20

 

L'ODYSSEE 2h02

Un film réalisé par Jérôme Salle.

Avec Lambert Wilson, Pierre Niney, Audrey Tautou, Benjamin Laverhne.

critique de L'ODYSSEE
Commenter cet article