Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de JACK REACHER, NEVER GO BACK

Publié le 23 Octobre 2016 par Romain Jankowski

Jack Reacher est un personnage fascinant par son intelligence hors du commun et sa marginalité qui en font un cow-boy des temps modernes, mais également une ombre insaisissable. Que Tom Cruise lui prête ses traits n'a rien d'étonnant. 

Le premier volet, tendu et nerveux, s'appuyait sur des personnages forts, une intrigue rigoureuse (on connaissait le tueur, tout résidait dans la faculté de déduction de Reacher) et un sens du dialogue parfait (les échanges entre l'avocate interprétée par Rosamund Pike et Jack étaient détonnants). Edward Zwick a pris la place de Christopher McQuarrie derrière la caméra et reste collé à Cruise, à sa brutalité, son émotion, sa force, mentale et physique. Ici, le scénario le veut même supposé-père. L'occasion idéale pour questionner la psychologie de cet ancien militaire reconverti en justicier des temps modernes avec ce qu'il faut de complexité. Soit un trafic d'armes de guerre qui tourne mal et tout un système de corruption prêt à contrôler une partie du monde et de l'Amérique. 

Ce NEVER GO BACK rebutera ceux qui avaient trouvé le temps long sur le premier. Le rythme est identique (même si les tunnels de dialogue sont réduits) et l'action peu présente hormis dans une scène finale haletante. Le spectacle aurait pu être un peu plus présent, ne nous le cachons pas. L'intrigue, elle, est aussi beaucoup moins percutante que sur l'original et un poil moins emballante. Qu'importe, le jeu du chat et de la souris fonctionne à plein et l'arrivée de la fille de Jack (ou peut-être pas, vous le saurez en voyant le film) donne un vent d'air frais à un trio bien complété par Cobie Smulders. 

L'émotion est rare mais poignante comme dans l'un des derniers plans où une révélation importante fait tomber le masque impassible de Reacher. Là, Cruise redevient terriblement humain en portant ces cinquante quatre ans de manière impériale. Cet acteur ne laisse jamais rien au hasard, travaille à fond au service du personnage tout en ne faisant plus qu'un avec lui. Il porte ce deuxième volet inégal, indiscutablement.

 

AVIS GLOBAL : Malgré un rythme qui aurait mérité un poil plus de dynamisme, cette suite remplit son contrat avec une intrigue complexe qui se donne des airs de jeux d'échecs géant. Tom Cruise impose sa puissance, une nouvelle fois. 

NOTE : 14 / 20

 

JACK REACHER, NEVER GO BACK   1h58

Un film réalisé par Edward Zwick

Avec Tom Cruise, Cobie Smulders, Robert Knepper, Danika Yarosh.

critique de JACK REACHER, NEVER GO BACK
Commenter cet article