Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

Publié le par Romain Jankowski

Les adaptations de leurs films d'animation cartonnent alors Disney en fait à la pelle. On pourra dire que c'est opportuniste mais au vu de la qualité des films réalisés, on pourra aussi dire que c'est artistiquement fiable. Et la portée économique ne compte pas ici, tant PETER ET ELLIOTT LE DRAGON est loin de la popularité du LIVRE DE LA JUNGLE ou de CENDRILLON. Un vrai pari pour le studio aux grandes oreilles.

Remettre au goût du jour un dessin animé ringard est difficile. Le film de 1977 a vraiment mal vieilli avec son mélange de dessin et de réalisation en live. Naïf à outrance et peu passionnant, plombé par un surplus de musiques assommantes, il n'y a plus grand-chose à en tirer. C'est bien pour ça qu'on se demande à chaque plan comment David Lowery, le réalisateur, a bien pu en faire une telle adaptation. On sait, dès les premières minutes, tragiques et émouvantes, que l'on va a assister à quelque chose de conséquent. Ce sera le cas. Le scénario, d'une simplicité désarmante, joue uniquement la carte de l'émotion et la confrontation du réel au fantastique. En cela, il est un divertissement totalement anachronique, probablement trop "beau" pour notre époque qui s'extasie devant des films cyniques ou moins proches du coeur. Là, aucune distance, emballé par une musique à tomber et des plans filmés comme des tableaux (le coucher de soleil, vous ne vous en remettrez pas), PETER ET ELLIOTT est d'une beauté époustouflante avec une puissance émotionnelle inouïe.

Voilà une histoire qui nous replonge dans une forme d'intimité et qui rehausse les vraies valeurs de famille, d'amour, d'amitié. Là où Spielberg, avec son BGG, échouait à rendre l'association du géant et de la petite fille palpable, forte, Lowery en fait son principal fait d'armes. Le dragon, grandiose, sublime, est un être vivant, pas une bébête animé en CGI. On a vraiment cette impression de réalité. Il convient de saluer le travail de WETA DIGITAL pour son travail exceptionnel de précision. L'union avec le petit Peter, joué incroyablement bien par le tout jeune Oakes Fegley, est touchante, drôle mais aussi déchirante. C'est aussi l'envol métaphorique d'un petit enfant qui se confronte au monde des humains, après être resté plus de six ans dans la forêt. La famille, encore et toujours. Celle de Jack et Gavin (Wes Bentley et Karl Urban), deux frères rivaux et aux idées différentes. Mais également de Jack et Grace (avec leur fille Natalie), mariés mais opposés dans leur manière de voir la forêt. Reste que la plus émouvante est celle de Grace avec son père, incarné par le grand Robert Redford. Dans une scène, où il raconte ce qui lui est arrivé, il en est bouleversant.

Les yeux humides et le coeur secoué, on a surtout l'impression d'avoir vu une ode au merveilleux, à une forme de film qu'on ne voit plus. Il n'y a vraiment pas de doute, le meilleur film de l'été, c'est lui !

 

AVIS GLOBAL : Grandiose, émouvant, beau à tomber, ce PETER ET ELLIOTT LE DRAGON est rehaussé par une bande-son formidable et des acteurs impliqués. Mention spéciale, évidemment, à Elliott, la plus belle créature vue au cinéma depuis des lustres !

 

NOTE : 16 / 20

 

PETER ET ELIOTT LE DRAGON 1h42

Un film réalisé par David Lowery

Avec Oakes Fegley, Bryce Dallas Howard, Wes Bentley, Robert Redford.

critique de PETER ET ELLIOTT LE DRAGON

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog