Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de JASON BOURNE

Publié le 11 Août 2016 par Romain Jankowski

Près de dix ans après avoir recouvert la mémoire, Jason Bourne revient dans le viseur de la CIA. Treadstone, des super agents, des méchants, de la corruption, le programme de Paul Greengrass est le même qu'à la précédente décennie.

On pourra d'ailleurs le regretter quelque peu. Rien ou presque n'a changé, la CIA est toujours fourbe (en particulier ceux à sa tête) et le tueur chargé d'éliminer Bourne, redoutable. Surtout qu'il est intimement lié à lui dans cet épisode, somme toute peu surprenant. Le scénario s'intéresse intelligemment à l'actualité et aux nouvelles technologies qui permettent un contrôle de la population de plus en plus poussé, mais s'égare dans son côté intellectuel pour ne laisser que peu de place à l'agent en lui-même. Il reprend ainsi, et malheureusement, la même narration que JASON BOURNE, L'HERITAGE qui délaissait son héros au profit des manigances politiques. Bourne n'est plus qu'une machine ici, avec peu d'âme et de substance. Même le secret sur son père semble rajouter un peu artificiellement.

Là où le film est irréprochable, en revanche, c'est dans son rythme. C'est vrai, il patine au début, ne réussit pas à remettre convenablement ses agents sur le terrain, mais dés qu'ils y sont, le film démarre réellement. Le clou du spectacle ? Cette séquence ahurissante de virtuosité pendant des manifestations en Grèce. Une course-poursuite à pied, moto, voiture, de prés de vingt minutes, menée tambour battant. Un moment magistral. La suite n'est pas en reste, mais impossible de faire mieux. Le climax final, à la FAST AND FURIOUS, vaut le détour mais s'avère un peu gros et surtout peu aidé par une caméra à la bougeotte insupportable. Il faudra vraiment m'expliquer son intérêt sur certaines séquences. Le côté immersif n'apparaît quasiment jamais et l'aspect documentaire n'est pas du tout convaincant...

Non, ce JASON BOURNE n'a pas la force de la trilogie initiale. Reste qu'il remplit son cahier des charges, avec un Matt Damon toujours aussi charismatique, un Vincent Cassel convaincant et une Alicia Vikander trouble et énigmatique. Là aussi, on espère sincèrement que la saga va s'arrêter et on a cette impression, à la sortie, que tout a été dit.

 

AVIS GLOBAL : Un retour costaud pour le duo Greengrass/Bourne avec quelques séquences d'action fabuleuses. Un divertissement spectaculaire qui oublie un peu de s'intéresser à son histoire et ses personnages.

 

NOTE : 13 / 20

 

JASON BOURNE 2h03

Un film réalisé par Paul Greengrass

Avec Matt Damon, Alicia Vikander, Tommy Lee Jones, Vincent Cassel.

critique de JASON BOURNE
Commenter cet article