Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

LES GRANDS REALISATEURS : WERNER HERZOG

Publié le 3 Juillet 2016 par Romain Jankowski

Style affiché, références, thématiques, dureté, révèlent chez Werner Herzog une volonté de s'inscrire dans la culture allemande. D'un pas à un autre, d'une opposition franche entre la démesure et le romantisme, Herzog est un vrai génie du plan et de sa composition, de la folie lancinante et de la beauté mortifère de l'Homme. Il installe ses traumas pour mieux les exposer à travers des personnages totalement habités.

C'est aussi un réalisateur double, oscillant entre les documentaires et les fictions. Qu'importe le genre, Herzog illustre les mêmes excès, les mêmes folies pour ses "vrais" personnages ou ceux de fiction. Pour le cinéaste allemand, le héros est toujours un être d'exception, qu'il soit considéré comme surhomme ou sous-homme. Il peut être un conquérant, un solitaire magnifique ou un révolté sans cause. Portées à l'écran par un souffle puissant, les figures héroïques de Herzog ne sont pas des vainqueurs et il faut les confronter à des personnages moins grandioses. Les "inférieurs" (d'un point de vue psychologique ou social) deviennent des facteurs déstabilisants qui mettent à nu les tares de la société.

Des sommets dans sa carrière, le cinéaste n'en manque pas. D'abord, l'un des plus grands chef-d'oeuvre de l'Histoire du cinéma : AGUIRRE, LA COLERE DE DIEU avec un Klaus Kinski habité. Ce dernier noue d'ailleurs une relation d'amour-haine avec le cinéaste. Un homme fou, capable des pires excès et des pires colères imaginables. AGUIRRE c'est l'histoire d'un conquistador à la recherche de l'Eldorado, qui ne trouvera ni gloire ni paradis en dépit et à cause de sa soif d'absolu. Kinski est magistral, le film dantesque. Un voyage à l'atmosphère lancinante qui prend aux tripes de minutes en minutes. Un tournage exténuant qui ne sera rien comparé à celui de FITZCARRALDO. Entre tensions hors normes, violentes disputes entre Herzog et Kinski, un bateau entier acheminé jusqu'en Amazonie (photo ci-contre), la production est déjà entrée dans le légende du 7ème art. Le film, lui, est un cauchemar ouvert, possédé par le regard perturbant de son acteur.

Confiné aujourd'hui au documentaire, Werner Herzog restera un réalisateur marquant et différent qu'il faut absolument découvrir ou redécouvrir. Il parle métaphoriquement d'une société qui ressemble plus que jamais aux troubles récents et qui dégage une recherche de la vérité à travers un onirisme parfois perturbant.

LES GRANDS REALISATEURS : WERNER HERZOG
Commenter cet article