Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de CAMPING 3

Publié le 14 Juin 2016 par Romain Jankowski

critique de CAMPING 3

Après un premier volet comportant certaines qualités, la suite fut un naufrage, une redite insupportable du précédent en moins drôle. Les galères sentimentales des uns et des autres, le Claude Brasseur bougon, Dubosc en kéké. CAMPING c'est des codes et il faut les respecter. Tout l'équipe (sauf Mathilde Seigner) est alors revenue aux affaires pour corriger le tir.

En sortant le 29 juin, CAMPING 3 a tout compris. Léger comme les vacances, ne racontant strictement rien (le film est juste un gros empilage de sketchs), comportant tous les mauvais clichés possibles (le bourgeois raciste, par exemple) et avec des jolis acteurs (et actrices) en prime. Oui, on ne peut résumer ce troisième volet que sous cet angle. Franchement, on ne s'ennuie pas et c'est peut-être même le meilleur des trois grâce à l'apport non négligeable des trois jeunes qui apportent un vent de fraîcheur indéniable. Leur alchimie avec Franck Dubosc fonctionne et même ce dernier paraît plus investi.

Le scénario reste cependant inégal, et dés que le quatuor disparaît on a le droit à des intrigues vraiment ratées. Le pauvre Claude Brasseur se voit attribuer une caractéristique aberrante qui ne fait rire que lui. Sans parler d'Antoine Duléry, qui pense se découvrir une part homosexuelle, en appuyant bien évidemment sur le fait qu'un "vrai" homme ne l'est pas. On se serait passer de ce message comme de celui qui dit que tous les jeunes fument, sans parler de cet ignoble gag sur la femme avec sa jambe en bois, summum du mauvais goût.

Finalement, pour apprécier CAMPING 3, il faut oublier ces moments gênants et profiter d'une ambiance plutôt bien retranscrite, notamment grâce à une mise en scène inspirée de Fabien Onteniente.

AVIS GLOBAL : Rien de révolutionnaire dans ce troisième volet parfois à la limite de basculer dans le n'importe quoi. Mais certains gags, l'apport d'énergie des trois jeunes acteurs (Meliava, Ritmanic, Mendy) et la prestation de l'inénarrable Franck Dubosc emportent l'adhésion dans un film parfait pour les vacances.

NOTE : 11 / 20

CAMPING 3 1h45

Un film réalisé par Fabien Onteniente

Avec Franck Dubosc, Claude Brasseur, Antoine Duléry, Mylène Demongeot.

critique de CAMPING 3
Commenter cet article

salle cinema paris 26/07/2016 15:12

Bonjour l'antre du cinéphile, je suis allé voir ce 3e opus et je dois dire que j'ai un double sentiment : celui qui comme vous me fait dire que ce film part un peu dans tous les sens et le 2e est que Camping 3 a évité une suite comme ont pu proposer les bronzés. J'ai passé un excellent moment en famille. Merci pour votre critique