Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

NEON DEMON, REFN ET SA FEMINITE

Publié le 17 Mai 2016 par Romain Jankowski

NEON DEMON, REFN ET SA FEMINITE

Envoutante et diablement belle, la bande-annonce de THE NEON DEMON tente de nous réconcilier avec les trips colorés du cinéaste danois Nicolas Winding Refn après son ratage sur l'impuissance masculine dans ONLY GOD FORGIVES. Son nouvel opus tend à montrer une autre personnalité de lui.

Que ce soit sur la trilogie PUSHER ou sur le quasi-chef d'oeuvre DRIVE, le cinéaste représente la masculinité dans sa splendeur, traversée par des éclats de violence hallucinantes. Le parcours émotionnel et physique de Gosling dans un Los Angeles bousillé de l'intérieur a crée une bombe atomique au sein même de la filmo du cinéaste. Un exploit impossible à doublement réaliser. Alors il reparle des hommes mais joue l'antithèse du driver en castrant ses mâles. Vendu comme mais totalement différent. Malgré des synergies visuelles monstrueuses (ses couloirs en forme de labyrinthe, les visions cauchemardesque) ONLY GOD FORGIVES échouait à créer une alchimie entre le public et des personnages absents.

Conspué à Cannes en 2013, il change de voie, joue la carte de la rupture totale. THE NEON DEMON est un film sur les femmes. Pas celles qu'il faut sauver, non, les battantes, les libérées de toute attache masculine. En intégrant son récit dans le milieu de la mode, Refn attaque directement les rouages d'un mécanisme auto-destructeur pour les jeunes femmes dans un milieu où la concurrence peut parfois mener à l'obsession. Le cinéaste a toujours projeté sa propre définition du charisme et de la beauté. Il a projeté une force et une brutalité qu'il est incapable de ressentir lui-même dans LE GUERRIER SILENCIEUX et projeté la puissance virile dans DRIVE. Ici, il montre son sentiment sur la beauté, refoule sa propre obsession et donne le pouvoir aux femmes. Une chose qu'il aimerait voir !

THE NEON DEMON sort le 8 juin.

Commenter cet article