Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de PATTAYA

Publié le 1 Mars 2016 par Romain Jankowski

critique de PATTAYA

Largement défendu avant sa sortie sur ce blog, le nouveau film de Franck Gastambide après LES KAIRA était attendu de pied ferme. Un gros démarrage déjà (800 000 entrées en cinq jours, ce qui était l'objectif initial des producteurs !) pour un film subversif mais finalement peu emballant.

On tente de comprendre ce qui fonctionne moins, on essaie d'analyser certaines situations. On essaie aussi de s'attacher aux personnages mais on a beaucoup de mal, la faute à un script abracadabrant qui ne réussit jamais à décoller. La caricature de la banlieue, si drôle dans LES KAIRA, a laissé place à une avalanche de gags, parfois bien sentis, parfois beaucoup moins. Il n'y qu'à voir le pauvre Gad Elmaleh qui fait ce qui peut avec un personnage limité. Le film s'autorise tout, de la blague hilarante sur les femmes en burqua jusqu'aux plus graveleux avec les problèmes intestinaux du personnage de Malik Bentalha, qui vous feront honteusement rire. Mais ils sont souvent inégaux et tombent parfois à plat (on a compris qu'il y avait plein de transsexuels à Pattaya, merci).

Plus la même fraicheur, plus le même entrain. Pourtant, PATTAYA reste quand même à un niveau correct mais on attendait beaucoup mieux de lui. Gastambide perd un peu le fil de son intrigue et n'aborde pas autant de thèmes qu'il aurait dû. On voit alors l'ensemble sous le parti pris du divertissement pur sans logique narrative. Peut-être parce que ces mecs sont plus éloignés de nous que ceux des KAIRA. Peut-être aussi parce ce dernier a marqué un vent d'air frais dans la comédie française. PATTAYA vous fera rire mais ne vous emballera pas totalement. C'est comme ça, il faut s'y faire.

PATTAYA 1h36

Un film réalisé par Franck Gastambide.

Avec Franck Gastambide, Malik Bentalha, Gad Elmaleh, Ramzy Bédia.

NOTE GLOBALE : 12 / 20

critique de PATTAYA
Commenter cet article