Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de LE SANCTUAIRE

Publié le 31 Mars 2016 par Romain Jankowski

Ancien réalisateur de clips et de publicités, Corin Hardy passe aujourd'hui au grand écran ainsi qu'au film de genre, passionné de noirceur et de pratiques macabres. Intéressant dans sa recherche formel, LE SANCTUAIRE pêche clairement au niveau de l'écriture.

Une maison dans une forêt méga-flippante, une famille dont le mari vient calculer le nombre d'arbres à couper pour le compte de son entreprise. Une visée écolo assenée d'emblée. Corin Hardy se dépêche tout le temps, gagne en rythme ce qu'il perd en consistance. En dix minutes, l'affaire est pliée : toutes les étrangetés sont déjà plus que visibles. Un parti pris osé mais maladroit dans les films d'angoisse même si il parvient plus d'une fois à nous mettre à les jetons, en témoigne cette scène dans la voiture où le mari essaie de réparer la voiture tandis que la femme voit les monstres au loin.

Le sujet avec ses monstres et sa forme de symbiose virale qui s'empare des êtres reste plutôt original. Mais Hardy ne peut s'empêcher de terminer par une dernière demi-heure un peu nanardesque avec une transformation un peu ridicule et un grand-guignolesque plus risible qu'horrifique. L'idée d'une symbiose est bonne mais on aurait rêver le voir avec plein de personnages pour un thriller paranoïaque et claustro. Là, un couple et un bébé c'est trop peu pour emballer réellement l'ensemble. LE SANCTUAIRE finit de manière prévisible et décevante. Reste que ce Corin Hardy, si il rend plus consistant ses prochains films, est à surveiller de prés.

AVIS GLOBAL : Le réalisateur émergent a de très bonnes idées et un indéniable talent graphique. Cependant, LE SANCTUAIRE reste décevant par sa trop forte persistance à tout montrer, trop vite, trop maladroitement. Bancal mais original.

NOTE : 11 / 20

LE SANCTUAIRE 1h37

Un film réalisé par Corin Hardy

Avec Joseph Mawle, Bojana Novakovic, Michael McElhatton, Michael Smiley.

critique de LE SANCTUAIRE
Commenter cet article