Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

STAR WARS VII : DECRYPTAGE DU REVEIL DE LA FORCE

Publié le 7 Janvier 2016 par Romain Jankowski

STAR WARS VII : DECRYPTAGE DU REVEIL DE LA FORCE

Trois semaines après sa sortie, nous pouvons désormais parler un peu plus librement du film le plus attendu de tous les temps ! Les retardataires ne vont évidemment pas lire cet article mais pour les autres, l'accès est autorisé. On va décortiquer ici, dans le calme, ce grandiose REVEIL DE LA FORCE.

J.J Abrams avait un défi de taille, presque impossible à réaliser : faire renaître l'une des plus grandes sagas cinématographique de tous les temps avec une pression médiatique dingue (et complètement farfelue parfois) tout en revenant aux racines de la trilogie originelle et faire oublier la décevante prélogie. Ajouter à cela que l'histoire racontée devait être assez convaincante car on était, pour la première fois, sur un terrain inconnue (plus de Dark Vador, Jedi, Yoda, Empire). Dernière étape, visuelle cette fois : revenir à un cinéma "à l'ancienne" fait de maquillages, maquettes, vrais décors, pas comme la prélogie où George Lucas a abusé à outrance du fond vert. Bref, vous avez dit mission impossible ? Pas pour Abrams et son équipe !

Certes, le grand point faible du long-métrage est sa construction fondamentale. Le schéma narratif reprend presque point par point celui du quatrième épisode, UN NOUVEL ESPOIR. Des similitudes qui se répercutent même dans l'arme ultime, une sorte d'étoile noire 2.0 qui anéantie des planètes comme dans... l'épisode IV. Ce faisant, hormis la mort d'un célèbre personnage de la saga, et l'identité de Kylo Ren, il y a peu surprises dans cet épisode 7. Parfois, il est même un peu frustrant car il ne faut pas oublier ce qu'il est : le premier d'une trilogie. Qui sont vraiment le PREMIER ORDRE ? Qui est leur chef, Snoke ? Qui est Maz Kanata ? Qui est Rey ? Quelle est la VRAIE raison du départ de Luke aux confins de la galaxie ? Des questions encore sans réponses. En revanche l'écriture ne souffre d'aucuns temps morts, revenant vers un cinéma de divertissement un peu old school où chaque rebondissement répond à un autre rebondissement. L'humour, savamment dosé, fait souvent mouche.

Venons-en désormais aux personnages. Là aussi, le cinéaste part avec un sérieux handicap. Les personnages mythiques ne sont plus (Anakin/Vador, Obi-Wan, Yoda, Palpatine) et on se demande vraiment quels rôles vont jouer Han Solo, Leia et Luke Skywalker. Surtout, on sait bien qu'ils ne seront pas les personnages principaux, cette mission revenant surtout aux trois nouveaux arrivants : Rey (Daisy Ridley), Finn (John Boyage) et Poe Cameron (Oscar Isaac). On pourra être chagriner du peu de scènes du dernier et d'une évasion souffrant d'une facilité scénaristique un peu laborieuse (lorsqu'il s'écrase sur Jakku avec Finn). Espérons que nous le verrons un peu plus par la suite. En revanche Finn, interprété par un très convaincant John Boyega, joue à merveille la désorientation et reste souvent dans l'énergie. Notamment dans ses éclatantes scènes de dialogues avec Rey où les atours de la "srewball comedy", qu'adore Abrams, donnent des répliques vives et souvent drôles. Mais c'est surtout l'impressionnante Daisy Ridley qui éclate l'ensemble de la distribution avec un personnage hors normes ! Son jeu, entre émerveillement et tristesse, force et faiblesse, laisse pantois. C'est surtout une héroïne blessée, qui n'attend du destin qu'une seule chose : le retour de sa famille. Elle va former avec l'adorable droïde BB-8 un duo éclatant. Elle a en plus le mérite de féminiser une saga majoritairement masculine (et dans ses fans et dans ses personnages) et son évolution pourrait être ce qui est arrivé de mieux à la saga toute entière. Avec, en prime, un combat qui s'annonce bien plus rude face à Kylo Ren, la dernière vraie recrue de cette nouvelle trilogie. Mettons un terme au malentendu qui règne depuis trop longtemps : Oui, ce personnage est génial ! Oui, son interprète est génial ! Adam Driver est un sacré bon acteur et les moqueries sur son physique sont absolument déplorables ! Bref, je ne reviendrai pas sur ces polémiques qui n'ont aucun sens mais me concentrerais sur son job : faire vivre le méchant de l'histoire. Kylo Ren n'est pas un grand antagoniste et offre un contrepoint intéressant à Dark Vador. Son destin est encore inconnu. La lumière existe encore en lui et de nombreuses hypothèses peuvent être émises. Sa maîtrise de la Force est puissante mais manque de conviction. Il ne sait pas où aller et hésite encore à rejoindre le terrible Snoke. Pourquoi l'a t-il rejoint d'ailleurs ? Pourquoi a-t-il massacré les Jedis de Luke ? Kylo Ren est une énigme et le fait qu'il ai tué son père soulève plus d'énigmes encore...

Ne nous mentons pas, ce qu'on attendait par-dessus tout ce sont eux : Han, Leia et Luke ! Disons que nous sommes comblés malgré la mort de Han, le plus adoré des personnages de la saga. Mais quel baroud d'honneur ! Harrison Ford n'a jamais été aussi poignant. Son regard remplit de nostalgie, d'émotions contenues, d'un passé devenu sombre, terrasse. Ses désirs d'une vie paisible avec Leia n'ont jamais été comblés, la faute à un fils ressemblant trop à son grand-père. Sa fin, tragique, est un peu vite expédié malheureusement. Quant à Leia, elle reste encore un peu effacé. Mais ses deux scènes avec Han Solo remonte en nous des souvenirs de cinéphiles enfouis depuis longtemps. Reste Luke, au final l'objet même de ce septième épisode. Soyons-clairs : il a le droit à la plus belle scène du film ! Ce regard être lui et Rey augmente dangereusement le palpitant, fait monter les larmes aux yeux, aidés par le thème musical mythique de John Williams pour finir sur une rage profonde : le générique de fin !

Il y aurait tant à dire sur cet opus qu'un article ne suffirait pas. Nous allons alors attaqué le dernier point, celui où Abrams réussit TOUT : l'aspect visuel. On se souviendra longtemps de cette phénoménale séquence de poursuite sur Jakku avec un photoréalisme, un découpage et un montage hallucinant de maîtrise. Toutes les scènes d'action sont superbes, jamais trop rapides, visuellement détaillées. Même les moments plus "calmes" sont réussis, avec ces longs panoramiques où encore la résidence de Maz Kanata avec les innombrables créatures fabriqués en "dur".

On attend désormais avec une impatience démesurée l'épisode VIII ! Que nous réservera-t-il ? Rian Johnson parviendra-t-il à résoudre toutes les équations de Abrams de manière convaincante ? Réponse en mai 2017 !

STAR WARS VII : DECRYPTAGE DU REVEIL DE LA FORCE
Commenter cet article