Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

Publié le par Romain Jankowski
critique THE WALK

Robert Zemeckis a toujours aimé ces personnages hors du commun qui sont motivés par un but, une folie ou un fantasme. Il est aussi un des piliers de l'entertainement américain, celui qui a réussi à se faire un nom tout en sortant souvent des sentiers battus. THE WALK ne déroge pas à la règle, c'est un film trop hybride, trop "hors du temps" pour séduire le plus grand nombre (l'incroyable flop planétaire en atteste) et qui, pourtant, réveille une sensation de cinéma qui nous est trop rare de voir.

Pour certains, son nom ne vous dit peut-être rien mais vous avez forcément vu un de ses films : RETOUR VERS LE FUTUR 1,2 et 3, SEUL AU MONDE, FORREST GUMP ou encore PÔLE EXPRESS. Zemeckis appartient à ces grands rêveurs que sont Steven Spielberg et George Lucas à la créativité fertile. THE WALK prouve que le cinéaste n'a pas perdu son savoir-faire, deux ans après son génial FLIGHT avec Denzel Washington. Ici, il raconte l'histoire de Phillipe Petit qui fît le funambule entre les deux tours du World Trade Center. Autant dire que la tâche n'était pas simple. Le morceau de bravoure étant forcément l'attraction du film. Comment brodée une histoire autour de cet événement ?

De manière très classique au fond. On suit Petit à ses débuts de funambule puis au moment de son coup de folie où il s'envole pour les Etats-Unis avec son rêve et une bande de complices tous plus singuliers les uns que les autres. A l'écran, ce classicisme n'est pas aussi évident. D'abord, le cinéaste jongle avec une évidente aisance entre les genres et sa partie "film de casse" est vraiment prodigieuse. De plus, une poésie évidente émane du récit. La narration est faite par Petit lui-même qui raconte donc l'histoire à sa guise, modifiant la réalité pour l'amplifier. Comme un cinéaste en somme.

Puis vient le moment tant attendu qui en met forcément plein les yeux : la traversée. Aidée, il est vrai, par l'une des meilleures 3D que l'on ai pu voir. Sensations de vertiges, profondeur de champs incroyable (certains arrière-plans flous parfois) et mise en scène élégante font de ce film une merveille visuelle indéniable. C'est la grande réussite d'un film qui raconte l'histoire d'un personnage obsédé, caractériel pas forcément très attachant et impeccablement interprété par Joseph Gordon-Levitt. La bande qui l'accompagne apporte beaucoup d'humour à l'ensemble.

THE WALK est un film fait pour être vu au cinéma. Il n'est peut-être pas très attirant au premier regard mais il se révèle touchant et plein de grâce. Un film différent qui passe malheureusement inaperçu.

THE WALK 2h03

Film réalisé par Robert Zemeckis.

Avec Joseph Gordon-Levitt, Charlotte Le Bon, Ben Kingsley, Clément Sibony.

NOTE GLOBALE : 15 / 20

critique THE WALK

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog