Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de THE VISIT

Publié le 13 Octobre 2015 par Romain Jankowski

critique de THE VISIT

Au delà de ses productions un peu bas de gamme et qui se ressemblent toutes plus ou moins (codes cinématographiques atrophiés, caméra qui a la bougeotte, acteurs plus ou moins convaincants), BLUMHOUSE réussit pourtant à émerger parfois grâce à de véritables réalisateurs. Le meilleur exemple étant l'exposition de James Wan grâce au merveilleusement terrifiant INSIDIOUS. Avant de terminer (enfin) sa saga nanardesque PARANORMAL ACTIVITY, Jason Blum remet sur le devant de la scène un grand cinéaste abandonné : M. Night Shyamalan.

Qui ça ? Piqûre de rappel et remontée dans le temps : 1999, sortie de SIXIEME SENS, un scénario de génie, une réalisation anxiogène, carton public et critique. 2001, sortie de INCASSABLE, virtuose relecture du film de super-héros, carton public et critique. 2002, sortie de SIGNES, chef d'oeuvre absolu de l'invasion extra-terrestre, réalisation flippante, des niveaux de lecture à tous les étages, carton public et critique. Et après ? C'est là que ça se corse. LE VILLAGE, étrange film, un carton mais surtout une amorce de son déclin. Shyamalan voit trop haut, trop beau et finit par se perdre.PHENOMENES et LA JEUNE FILLE DE L'EAU sont ratés. Sans être ridicule, LE DERNIER MAÎTRE DE L'AIR (bon celui-là l'est un peu quand même) et AFTER EARTH sont deux films loin de leur réalisateur, fondamentalement et visuellement. Que faire dans cette impasse ? Revenir au genre qu'il l'a consacré et au petit budget.

Non catégorisée dans les films d'horreur / angoisse, sa filmographie se rapproche plus du thriller tendu et psychologiquement nerveux. THE VISIT est en grande partie cela grâce à son génial postulat de base qui intrigue directement : une visite de petits-enfants à leurs grands-parents qu'ils n'ont jamais vu suite à une brouille familiale. Mais très vite, ils s'aperçoivent que ses deux personnes perdent de plus en plus la boule et que d'étranges phénomènes commencent à se dérouler. Je ne vous en dirai pas plus, tant le rebondissement (ou twist) final est remarquable comme souvent avec Shyamalan. Mais au-delà de ça, THE VISIT est une vision de la vieillesse, de l'approche de la mort et tout son contraire. Car c'est un film vu par des enfants sur l'étrangeté des personnes âgées. Cela ne passe pas sans quelques scènes drôles et vraiment bien fichues jusque nous questionner sur ce qu'on voit : les grands-parents sont-ils vraiment entrain de perdre la boule ou quelque chose de plus étrange se déroule t-il dans l'ombre ?

Pour démontrer son propos, Shyamalan fait le choix du found-footage (la désormais très énervante caméra qui bouge tout le temps) et, même si il s'en sert beaucoup mieux que la plupart de ses confrères, celle-ci se révèle inutile. On ne comprend pas beaucoup ce choix parce que le cinéaste fait de jolis cadres, de jolis plans. Autant le filmer de manière traditionnelle. Mais ce procédé est surtout utiliser pour combler les vides. On le voit dans PARANORMAL ACTIVITY par exemple où une séquence dure dix minutes pour ne rien montrer. Dans une moindre mesure, c'est un peu le défaut de THE VISIT. Se filmer soi-même permet quelques improvisations qu'on ne peut pas s'autoriser autrement. C'est dommage d'autant plus que les deux personnages principaux sont attachants et que l'histoire prend son temps pour nous embarquer peu à peu dans une tension implacable.

Malgré ses quelques défauts, THE VISIT reste un film réussi car plutôt original et se permet un équilibre des genres que l'on n'avait pas vu depuis longtemps (drame, comédie, horreur, thriller). Enfin, on a quelque chose à dire sur un film de M. Night Shyamalan et ce dernier semble s'être remis en question pour donner un second souffle à sa carrière. WAYWARD PINES (série dont il est l'auteur) et THE VISIT donc, semble le confirmer.

THE VISIT 1h34

Film réalisé par M. Night Shyamalan

Avec Olivia DeJonge, Ed Oxenbuld, Deanna Dunagan, Peter McRobbie.

NOTE GLOBALE : 14 / 20

critique de THE VISIT
Commenter cet article