Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de THE GALLOWS

Publié le 27 Juillet 2015 par Romain Jankowski

critique de THE GALLOWS

Nouvelle production à micro-budget BLUMHOUSE, THE GALLOWS a le mérite de maintenir un certain intérêt tout du long sans véritablement nous prendre aux tripes. Cependant, l'économie de moyens est plutôt une grande qualité ici.

L'histoire c'est trois ados qui repartent dans leur lycée la nuit pour saboter un décor de pièce de théâtre. Mais cette dernière a déjà été joué vingt ans auparavant, secouée par un drame horrible. Alors évidemment leur escapade va mal se passer. D'abord plutôt original dans son sujet, THE GALLOWS souffre ensuite de son côté trop mécanique et d'une mise en scène toujours brouillonne. Le found-footage a vraiment trouvé ses limites et je pense qu'il est temps de s'arrêter ou du moins travailler ce parti pris de manière adéquate. Même si les réalisateurs osent quelques point de montages entre les divers appareils qui filment, le tout reste trop sage. Là ou le long-métrage se démarque c'est plutôt dans son cadre et son environnement. Le lycée est arpenté dans un dédale de couloirs obscurs, dans les coulisses de la pièce de théâtre ou perdu dans les ateliers de celle-ci. Il y a également le décor principal où se joue la représentation finale, morbide à souhait. De manière générale, le contexte était une bonne approche mais une mise en scène classique aurait largement été préférable...

Une fois encore, souvent les même défauts dans les films de Blum, les personnages sont assez pauvres psychologiquement. Qu'il les attribue à des acteurs de renoms ou inconnus, il est souvent difficile de s'attacher à eux. En plus d'être mauvais, les comédiens n'ont, ici, pas grand-chose à jouer. Le personnage principal est vraiment agaçant avec ses répliques moqueuses, irrespectueuses et puériles. Un film d'angoisse ne doit pas être qu'une démonstration de sursauts balancés toutes les trente secondes mais il doit raconté une histoire comme tout long-métrage de cinéma. Alors passons sur cette partie pas travaillée pour en venir à la vraie qualité du film : son méchant. Tapie dans l'ombre, portant le masque du bourreau et assassinant ses victimes à la corde, il est la vraie terreur du film. Celui-ci n'est d'ailleurs jamais aussi meilleur que lorsqu'il pose enfin sa caméra et que l'action se déroule à l'arrière-plan, un peu comme l'avait fait IT FOLLOWS, remarquable film d'angoisse de cette année. La dernière demie-heure est réellement la plus convaincante, entre jump-scares bien maîtrisés et un côté anxiogène étouffant. Mais à vouloir forcément expliqué leur scénario, Travis Cluff et Chris Loffing se perdent dans un final rocambolesque où la tension retombe totalement et abruptement.

THE GALLOWS est encore une bonne idée gâchée même si il se révèle assez plaisant sous certains aspects. Reste que les amateurs du genre resteront une nouvelle fois sur leur faim.

THE GALLOWS 1h20

Film réalisé par Travil Cluff et Chris Loffing

Avec Reese Mishler, Pfeifer Brown, Ryan Shoos, Cassidy Gifford.

NOTE GLOBALE : 11 / 20

critique de THE GALLOWS
Commenter cet article