Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de VICE VERSA

Publié le 19 Juin 2015 par Romain Jankowski

critique de VICE VERSA

Autant dire que l'attente était énorme, que la préparation à l'événement était soutenue. Pensez un peu, PIXAR, le meilleur studio d'animation au monde des années 2000, essayant de reprendre ses droits après quelques années de passage à vide (CARS 2, REBELLE). Aucun film l'an dernier, une première, pour mieux préparer 2015, se remettre en question et asseoir à nouveau sa domination sur les studios d'animation mondiaux. Résultat, VICE VERSA aujourd'hui, LE MONDE D'ARLO en novembre. Deux créations originales (enfin !) et un retour aux scripts délirants, émouvants et tellement brillants qu'on se demande comment un cerveau humain a pu sortir ça. C'est exactement notre ressenti à la fin de ce VICE VERSA.

Précédé de critiques dithyrambiques après son passage à Cannes, VICE VERSA est bien le chef d'oeuvre annoncé. Si WALL-E est sa maestria sans précédent n'était pas là, ce serait même le meilleur film de PIXAR. C'est bien simple, on rit et pleure du début à la fin, transcendé par un rythme d'une inventivité inouïe. Le sujet c'est Riley, petite fille de 11 ans à l'aube de l'adolescence. Enfin, ce sont ses émotions, remarquablement identifiées grâce à des couleurs primaires éclatantes. Colère (le plus hilarant), Tristesse, Dégoût, Joie et Peur. Cinq personnages déments qui font la force d'un récit simple mais poignant. VICE VERSA, c'est l'entrée dans un monde plus sombre qui s'appelle l'adolescence, l'adieu aux souvenirs d'enfant symbolisé par ce magnifique personnage imaginaire que Riley s'était façonné étant petite. Joie et Tristesse disparaissent alors dans l'autre partie du cerveau, celle de la mémoire à long terme et du cauchemar. Le reste relève du prodige.

Personnifié, distingué, le visuel de VICE VERSA est à couper le souffle. Symbolisé par des îles, les attachements de Riley, sa passion (le hockey), ses amitiés, son lien familial s'écroulent avec Peur, Dégoût et Colère aux manettes. Les idées foisonnent entre ces petits personnages aspirateurs de vieux souvenirs et surtout l'incroyable séquence des rêves, symbolisé par un studio de cinéma. Les protagonistes du subconscient sont alors des stars et les rêves sont filmés comme des long métrages de cinéma ! Absurde, incroyablement imaginatif et touchant droit au but, PIXAR montre bien qu'il est revenu aux choses sérieuses. Et surtout revenu à ses premiers amours.

Mais au-delà de son scénario remarquable, de son ingéniosité qui laisse bouche bée et de son sens du rythme exceptionnel, VICE VERSA est vraiment hilarant. Le doublage, même en français, est génial. Sublime scène aussi où l'on quitte momentanément le cerveau de Riley pour se projeter dans celui de ses parents. A ce titre, restez bien durant le générique pour voir quelques saynètes très drôles (celle du chat restera dans les annales). Réussir à trouver un tel équilibre entre poésie, humour, imagination, émotion et action est un quasi-miracle que l'on ne pensait plus jamais retrouver. DRAGONS 2, des studios Dreamworks, avait d'ailleurs placer la barre très haut. mais VICE VERSA la replace vers de nouvelles sphères. C'est le retour du roi PIXAR et on attend désormais avec une impatience évidente LE VOYAGE D'ARLO ou l'histoire d'une amitié entre un petit garçon et un...dinosaure ! Oui, vivement le 25 novembre !

VICE VERSA 1h35

Film réalisé par Pete Docter.

NOTE GLOBALE : 18 / 20

critique de VICE VERSA
Commenter cet article