Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

MATTHEW MCCONAUGHEY, l'UN DES MEILLEURS ACTEURS DU MONDE ?

Publié le 13 Mai 2015 par Romain Jankowski

MATTHEW MCCONAUGHEY, l'UN DES MEILLEURS ACTEURS DU MONDE ?

Pure dégaine de Texan, physique longiligne, sec et costaud, regard fou qui exprime à peu prés toutes les émotions à la fois, voix tonitruante, dégaine chaloupée et un peu cow-boy sur les bords. "Matthew" pour les intimes, est l'un de ces acteurs reconnaissables au premier coup d'oeil et l'un de ces types au charisme incommensurable mais surtout au jeu divin qui ne peut faire qu'oublier ses partenaires. Retour sur une drôle de carrière.

Né en 1969 au Texas, il est considéré comme un grand espoir avec le film GENERATION REBELLE, révélateur de talents comme Ben Affleck, qui va le propulser vers les plus grands réalisateurs à savoir Spielberg avec AMISTAD ou encore Robert Zemeckis avec CONTACT. Mais que se passe t-il alors pour que sa carrière dérive autant dans les années 2000 ? Jouant principalement des beaux gosses charmeurs, Matthew devient une caricature dans des films atroces : UN MARIAGE TROP PARFAIT, SAHARA ou encore l'atomique navet PLAYBOY A SAISIR. Il remporte la palme avec HANTE PAR SES EX qui sonne le glas de cet espoir devenu une simple machine à fric.

Mais à 42 ans, l'acteur réagit. Et se remet en question. A raison car il nous prouvera qu'il vaut mieux que ce qu'on vend de lui. Il entame alors sa résurrection avec l'aide de Brad Furman en 2011 dans le superbe LA DEFENSE LINCOLN. Drôle d'ironie que ce rôle d'avocat qui défend un riche play-boy accusé d'avoir tué son ex-femme. Comme un miroir déformant à son récent passé et l'adieu définitif à ces rôles nanardesques qui avaient enfouis tout son talent. Mais évidemment, comme à chaque fois, il ne fait rien à moitié. Pas même sa renaissance cinématographique.

Il enchaîne alors avec le surprenant MAGIC MIKE de Soderbergh qui joue sur son aspect sculptural et s'en amuse à l'image du personnage principal joué par Channing Tatum. Puis vient ce rôle de psychopathe dans le merveilleux KILLER JOE de William Friedkin où le texan montre tout l'étendu de son potentiel. Amaigri, les traits tirés, l'oeil fou, il est tout simplement hors normes, défiant les limites de la fusion entre un acteur et son personnage. Il poursuit avec PAPERBOY de Lee Daniels avec Zac Efron, film moins réussi mais où chacune de ses apparitions fait mouche. Puis vient une nouvelle consécration, celle de MUD du surdoué Jeff Nichols. Magistral en homme réfugié sur une île, il démontre une fois de plus sa faculté à créer des icônes et de vrais personnages marquants. La chemise blanche, ses tatouages, son pas léger et arquer en font de lui une irréalité somptueuse.

Puis on en vient au triptyque qui se révèle comme l'apogée de sa carrière. Le premier c'est le chef d'oeuvre absolu de Martin Scorsese, LE LOUP DE WALL STREET. Ok, il ne fait qu'une brève apparition. Il joue en tout 15 minutes. Mais ce sont des minutes inoubliables, des sommets de bons mots de l'illuminé de la finance qu'il incarne face, probablement, au meilleur acteur de sa génération, Léonardo DiCaprio. Un duo énormissime avec des phrases cultes ( "tu te branles deux fois par semaine ? c'est pas assez, passe à cinq fois par jours, ça permet de décompresser") et surtout un hymne que l'on aura tous en tête à la sortie de projection. Une improvisation de Matthew semble t-il qui a eu cette idée sur le tournage, représentant d'anciens chants indiens. Mais en terme d'incarnation totale il ne fera pas mieux que cet homme touché par le SIDA dans DALLAS BUYERS CLUB. Caractériel, homophobe, alcoolique, trafiquant, il parvient pourtant à rendre son personnage attachant. Son talent à l'état pur. Qui se prolonge dans un autre chef d'oeuvre, celui de Christopher Nolan, l'an dernier, INTERSTELLAR. Franchement, qui n'a pas craqué devant cette scène où son personnage revoit ses enfants sur un écran alors que 25 années de leur vie sont passées ? Qui n'a pas eu le coeur serré quand il laisse sa fille pour partir dans l'espace ? Matthew atteint pour la première fois la grande émotion, celle où l'on s'émeut enfin devant son personnage. Il épure son jeu, le simplifie pour devenir le moteur émotionnel du film de Nolan qui en avait bien besoin, lui qui opère un cinéma plutôt froid. Une consécration. Et TRUE DETECTIVE.

Ah, TRUE DETECTIVE. Oui, les séries télévisés commencent à devenir meilleures que les films d'un point de vue émotionnel. Et pour croquer des personnages profonds, elle est déjà au-dessus. Alors voir Woody Harrelson et Matthew McConaughey réunis pour une série, tout le monde s'y intéresse forcément. Et pour cause, quelle histoire ! Quelle complexité ! Mais au-delà de l'enquête qui s'avère tortueuse en tout point, il y'a ces deux personnages, de vrais connards qui se révèlent peu à peu à l'aide de flash-backs et de déformation de la vérité. Posant beaucoup de questions morales, la série pointe du doigt les travers de chacun. Entre le personnage de Harrelson incapable de garder son mariage et celui de Matthew, totalement désincarné et froid. Une nouvelle fois, il impose son talent avec une force défiant toute concurrence. Avec son regard noir et illuminé, sa clope au bec, les bières qu'il s'enfile par dizaines, ses frustrations, ses traumas, son obsession, il a crée un personnage indépassable, totalement terrassant de vérité et de contradictions jusque une dernière scène poignante.

Alors, si certains en doutent encore, oui Matthew McConaughey est l'un des meilleurs acteurs de sa génération. Il a réussi à se remettre en question, a joué de sa notoriété pour partir vers des sentiers moins porteurs et auteuristes tout en haussant son niveau de jeu qui s'avère presque infini. Sa présence au festival de Cannes avec SEA OF TREES promet d'être un grand momement.

MATTHEW MCCONAUGHEY, l'UN DES MEILLEURS ACTEURS DU MONDE ?
Commenter cet article

rolex replica sale 13/05/2015 14:06

alization in the process differentiation for levels. Those especially specially designed pieces were shown during art galler