Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de UN PEU, BEAUCOUP, AVEUGLEMENT

Publié le 25 Mai 2015 par Romain Jankowski

critique de UN PEU, BEAUCOUP, AVEUGLEMENT

Un acteur qui se met à la réalisation, c'est à double tranchant. On se souvient du désastre de Christian Clavier, ON NE CHOISIT PAS SA FAMILLE ou encore celui récent de NOS FEMMES de Richard Berry. A l'inverse, Michel Blanc (JE VOUS TROUVE TRES BEAU) ou encore Jean-Paul Rouve (LES SOUVENIRS) s'en sont plutôt bien sortis. C'est donc au tour de Clovis Cornillac, acteur irrégulier au possible, capable de prodige (RADIOSTARS, UN LONG DIMANCHE DE FIANCAILLES) comme de catastrophe (POLTERGAY, PROTEGER ET SERVIR).

Mais dés le début, quelque chose se passe. Une empathie, une originalité, une naïveté qui nous rend directement complice de cette histoire hors du commun. Et surtout très imaginative. Il faut reconnaître que ce soit dans les gags ou le procédé (deux personnes commencent à s'aimer... sans se voir ! Un mur fin séparant leurs deux appartements), Cornillac trouve un équilibre étonnant. Peut-on s'aimer sans se voir ? Y'a t-il une limite à ce parti pris ? En y répondant partiellement, le cinéaste/acteur (qui livre avec Mélanie Bernier une superbe prestation) met surtout à l'écran deux êtres paumés, asocials et blessés. L'un par la vie, l'autre par la tyrannie de son professeur de piano. Deux personnages très joliment croqués et tellement adorables qu'on attend le dénouement heureux avec impatience.

Peu surprenant mais totalement imaginatif jusque dans sa mise en scène, loin d'être réaliste. Comme un conte, elle est très stylisée, échelles de plans multiples, décors enchanteurs, vignettes décalées bien organisées. Tandis que le scénario se fait moins percutant et plus conventionnel, on se laisse malgré tout porter par ce joli petit film, tendre et touchant. Mais également par ses deux personnages secondaires, avec le génial Philippe Duquesne dans le rôle du meilleur pote et Lilou Sogli en soeur volage de Bernier. Finalement on suivra la carrière de Cornillac-cinéaste d'un peu plus prés !

UN PEU, BEAUCOUP, AVEUGLEMENT 1h30

Film réalisé par Clovis Cornillac

Avec Clovic Cornillac, Mélanie Bernier, Philippe Duquesne, Lilou Fogli

NOTE GLOBALE : 14 / 20

critique de UN PEU, BEAUCOUP, AVEUGLEMENT
Commenter cet article