Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de SHAUN LE MOUTON

Publié le 14 Avril 2015 par Romain Jankowski

critique de SHAUN LE MOUTON

Le cinéma d'animation a pour lui de savoir parler à tout le monde, petits et grands, d'amener différents niveaux de lectures pour qu'ils donnent des discussions entre parents et enfants. Il peut aussi être un moyen de dénoncer l'horreur comme dans VALSE AVEC BACHIR. En somme l'animation n'est plus définie comme réducteur mais comme un art à part entière qui trouverait sa place dans son renouvellement constant.

Mais à trop tirer sur la corde, certains studios s'y sont cassés les dents. Aardman en fait partie, elle, cette petite boîte de production, à son zénith au début des années 2000 avec les cultes WALLACE ET GROMIT et surtout CHICKEN RUN, ayant vendu son âme au tout puissant américain, Sony. Perte de niveau, de recettes, de crédibilité : SOURIS CITY, en plus d'être mauvais, est une cata au box-office, MISSION NOEL également un échec et PIRATES,BON A RIEN,MAUVAIS EN TOUT rattrapait légèrement le niveau sans toutefois faire d'étincelles. Cette décadence rejoint celle du studio PIXAR, en extase de chef d'oeuvres durant des années (TOY STORY, 1001 PATTES, LE MONDE DE NEMO,MONSTRES ET CIE, LES INDESTRUCTIBLES, CARS et le triptyque de génie RATATOUILLE, WALL-E, LA-HAUT) et qui s'est stoppé net en terme de créativité et de réussite. En témoigne le lamentable CARS 2 et le très décevant REBELLE. Pendant quelques années, on attend donc le retour de ces grands de l'animation, dépassés par la qualité du concurrent DREAMWORKS (surtout avec le monumental DRAGONS 2). Pour Pixar, on en reparlera le 17 juin, lors de la sortie de VICE-VERSA. Pour Aardman, c'est maintenant.

Et on peut dire qu'on est largement rassuré. Mené à un rythme d'enfer, convoquant les grands films d'action sans références lourdes, privé de tout dialogues, SHAUN LE MOUTON est une incontestable réussite. Le pitch est simple : Shaun en a marre du travail à la ferme et décide de prendre un jour de congés. Mais de péripéties en péripéties, voilà que le fermier est amnésique, star de la coiffure et que Shaun, obligé de le sauver, a le mal de la ferme et qu'en plus de ça, il est poursuivi par un taré de la fourrière et le tout en plein monde urbain ! Totalement décalé, mélange de burlesque et de slapstick (une autre forme de burlesque notamment popularisé par Buster Keaton dans les années 20-30), les artistes de Aardman sont revenus dans une forme nouvelle, comme pour montrer de manière empirique leur retour. Il y a des scènes déjà cultes (celle du restaurant ou encore la géniale évasion de la fourrière) mais aussi des thèmes profonds qui rendent les personnages très attachants. Il y a comme un hymne à la tolérance, comme ce chien que personne n'adopte à cause de sa laideur. Les regrets de Shaun aussi, voulant retrouver son ancienne vie à la ferme.

La fin s'étend inutilement mais peu importe, le bien est fait. Et l'année du cinéma d'animation, lancée. La semaine prochaine, ce sera au tour de DREAMWORKS et de son EN ROUTE !

SHAUN LE MOUTON 1h25

Film réalisé par Richard Starzak et Mark Burton

NOTE GLOBALE : 15 / 20

critique de SHAUN LE MOUTON
Commenter cet article