Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de FAST AND FURIOUS 7

Publié le 1 Avril 2015 par Romain Jankowski

critique de FAST AND FURIOUS 7

Une saga a part dans le paysage cinématographique. Une saga qui a changé de virage à son cinquième volet, passant de série B gentillette aux grosses bagnoles et jolies filles à énormes blockbusters bourrés d'action avec un vrai scénario. Ce septième opus n'est encore en rien comparable aux autres. Dix fois supérieur en termes d'outrance, de surenchère, de destruction. Et enfin d'émotion.

Pendant 2h20, James Wan (SAW, INSIDIOUS, CONJURING) déroule des scènes d'actions non-stop dans un chaos époustouflant et totalement usant. Il remodèle les lois de la gravité, de la cohérence, de la crédibilité, s'attaque à des buildings que l'on traverse à bord de la voiture la plus chère du monde, parachute des voitures du haut d'un avion, détruit une partie de Los Angeles à coup de drone raptor. Les héros sont devenus des surhumains, capables d'encaisser des événement d'une brutalité sans nom (Toretto saute d'une falaise, sans égratignure !). Mais le pire, c'est qu'on s'en fiche ! Il n'y a jamais eu une seule once de crédibilité dans cette saga. On la regarde pour ses sensations fortes qu'elle nous procure, pour sa démence visuelle et bien évidemment pour ses personnages.

Car ici réside le coeur de cette histoire. Et ce casting de malade entre un Vin Diesel survitaminé, un Dwayne Johnson au top de sa forme (la séquence du plâtre est géniale), un duo Ludacris-Tyrese Gibson qui assure niveau humour, un Jason Statham dans le rôle du psychopathe de service et bien sûr, Paul Walker. Sa disparition il y a plus d'un an a touché beaucoup de monde et le travail de reconstitution faciale est impressionnant. Et FAST AND FURIOUS 7 de toucher la grâce dans sa dernière séquence, émouvante et forcément un peu maladroite aussi. Ce moment où la réalité rejoint la fiction, où, malgré lui, le film est autre chose que le produit hyper calibré qu'il est bel et bien.

Mais soyons clairs, vous en aurez pour votre argent. Vin Diesel, aussi superviseur de la saga, a toujours su écouter les fans, leur montrer encore plus à chaque fois. Là, il est au summum. On retiendra longtemps cette destruction de Los Angeles, où FAST AND FURIOUS se la joue TRANSFORMERS à coup de pont détruit, d'écroulement de parking, d'immeuble en flammes. Mais surtout, il y a cette incroyable jet de voiture en plein air qui se prolonge par une course-poursuite en pleine montagne absolument ahurissante de clarté, durant prés de quinze minutes ! Mais on attendait de voir ce que James Wan aurait pu apporter à la saga, ce génial cinéaste auteur des meilleurs films d'horreurs actuels.Malheureusement, il faut avouer qu'il ne fait rien de fondamentalement différent. Et c'est logique. Il a dû remplir le cahier des charges, filmer des séquences d'actions entrecoupées d'effets clippesque avec des jolies filles et à base de musique tonitruante. Mais il assure dans sa mise en scène et on se rassure de la faculté qu'il a à gérer des gros films. Le corps-à-corps GIGANTESQUE entre Dwayne Johnson et Jason Statham fera date. Sa caméra virevolte, suit les corps au plus prés dans un fracas exceptionnel de brutalité. Un vrai moment de bravoure dans cet hymne à la virilité qu'est FAST AND FURIOUS, à base de répliques puissantes, parfois ringardes mais toujours jouissives.

FAST AND FURIOUS 7 est bien la tuerie annoncée. Tout est réuni pour lui assurer un carton, pour conserver ses fans et en gagner de nouveaux. Il ne dépasse pas le produit de consommation qu'il est mais l'assume, ne laisse jamais place à une quelconque émotion (hormis la dernière scène évidemment) mais reste dans l'action pure et ne relâche jamais la tension. Un véritable coup de poing.

FAST AND FURIOUS 7 2h20

Film réalisé par James Wan

Avec Paul Walker, Vin Diesel, Jason Statham, Tyrese Gibson.

NOTE GLOBALE 15 / 20

critique de FAST AND FURIOUS 7
Commenter cet article

Aurélien H. 02/04/2015 11:16

Très bel article !!!!
Ça nous fait revivre les scènes du film :)