Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de MON FILS

Publié le 12 Mars 2015 par Romain Jankowski

critique de MON FILS

En ces temps sombres où antisémitisme, islamisme et guerre de religions font rage, MON FILS est un film qui tombe à pic. Il parle de tolérance, d'identité, d'amour et essaie de construire des relations juives-musulmans pratiquement utopique.

Film israélien d'une grande ambition visuelle, MON FILS se déroule dans les années 80 puis 90 et suit le parcours d'un jeune homme d'Israël musulman qui va se retrouver dans un des meilleurs lycée du pays. Mais celui-ci est juif. Renier par ses camarades, il va tomber amoureux d'une jeune juive et devenir ami avec un jeune homme lui aussi sémite, atteint d'une maladie incurable. Finalement, le film pourrait être considéré comme une sorte de teen movie, tant il en reprend beaucoup de codes : le lycée, les méchants, la belle,le copain, l'intello coincé (le personnage principal) mais qui va finir par s'affranchir pour devenir un homme. Mais dans le fond, il ne parle que d'une chose : l'identité. Pour être accepté à Jérusalem, il doit se renier, pour être embauché dans un restaurant, il doit se faire passer pour juif et même lorsque l'amour frappe avec la belle Naomi, les parents de cette dernière n'acceptant pas que leur fille sorte avec un arabe. Les codes sont stricts, les règles imperméables et les envies de chacun doivent être enfouies au nom de l'intolérance. Il y a cette séquence grandiose où, lors d'un week-end, de retour chez ses parents, Iyad regarde avec dépit sa famille s'enthousiasmer du bombardement de leurs "ennemis" juifs. Comme un aveu d'impuissance devant la barbarie et surtout la bêtise d'un conflit séculaire. Le réalisateur a cette faculté de laisser beaucoup de portes ouvertes. Raconte des anecdotes amusantes comme ces scènes cocasses où les fils essaient de capter la télévision en bougeant l'antenne du toit. Il y a même parfois des moments assez grandiose comme ce monologue en classe de Iyad qui donne son point de vue sur un livre parlant d'amour entre une juive et un arabe.

Le casting est remarquable avec une mention spéciale pour le père d'Iyad, joué par l'excellent Ali Sulliman ( HOMELAND et surtout le génial L'ATTENTAT). Certains choix déçoivent néanmoins, comme cette place trop importante donnée à la mère de son ami. Dans sa dernière demie-heure, il perd même en force narratrice ce qu'il regagne, in extremis, en force évocatrice dans la toute dernière scène du film. Peut-être aurait-il fallu rajouter un enjeu dramatique ou un rebondissement pour re-dynamiser une intrigue qui s'alourdit quelque peu.

Au final, MON FILS est un film grand public, assimilable pour tous et assez évocateur d'une situation pas toujours bien comprise pour les occidentaux, à savoir le conflit israelo-plestinien.

MON FILS 1h44

Film réalisé par Eran Riklis

Avec Tawfeek Barhom, Yaël Abecassis, Marlene Bajali, Ali Sulliman.

NOTE GLOBALE 14 / 20

critique de MON FILS
Commenter cet article