Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique de BIS

Publié le 20 Février 2015 par Romain Jankowski

critique de BIS

Comme on l'a déjà vu ce mois-ci avec PAPA OU MAMAN et TOUTE PREMIERE FOIS, les films à pitch simple mais potentiellement rassembleur sont nombreux. C'est le cas de BIS où deux hommes regrettant le tournant qu'ont pris leurs vies, se voient propulser en 1986 pour tout changer. Bonne idée bien que peu original, Noémie Lvosky ayant déjà réalisé un film sur le même thème avec le mélancolique CAMILLE REDOUBLE et surtout Francis Ford Coppola avec le génial PEGGY SUE S'EST MARIEE.

Mais Dominique Farrugia décide de se défaire de ces deux films avec une verve assez formidable. Et surtout un élan comique bien maîtrisé. Il ne verse jamais dans l'humour gras bas de gamme et réussit a diriger correctement les deux habituels cabotins Franck Dubosc et Kad Merad. Le décalage des personnages quand ils reviennent dans les années 80 par rapport à leurs habitudes prises dans les années 2000 sont très drôles. Mais il y a surtout cette séquence d'anthologie où les deux amis proposent à une société de production cinématographique les pitchs des plus grands succès à venir comme BIENVENUE CHEZ LES CH'TIS ou encore LES VISITEURS. Et, dans un montage parallèle tordant, une prestation musicale de Kad de haute volée qui reprend L'ENVIE D'AIMER devant un patron de grand label musical ! Cinq minutes de pure folie comique et cinématographique.

Il y a aussi quelque chose de beau dans l'amitié entre ces deux hommes, leur incapacité à changer de vie malgré leur volonté. On ne se rend compte des choses que lorsqu'on les perd. C'est réellement la morale d'un long-métrage qui sombre un peu dans le pathos dans son dernier quart d'heure. Les histoires de coeur lassent quelque peu et malgré quelques derniers éclairs (la rencontre avec le jeune Zidane) et des personnages secondaires bien travaillés (les deux pères, dans un registre différent, sont impeccablement campés par Julien Boisselier et Gérard Darmon) ne retrouvera pas son grain de folie douce. Farrugia verse également dans la facilité visuelle lorsque l'on traverse le Paris des années 80 avec des planches dessinées assez affreuses et apparaissant de manière saugrenue. On se doute que c'est par manque de budget (reconstituer un ancien Paris doit coûté très cher) mais il y avait d'autres moyens. Malgré tout, techniquement BIS est toutafait crédible et ceux qui ont vécu ces années là vont s'y retrouver.

BIS est donc une agréable surprise sans être transcendant. Mais voir ces deux très bons comédiens (seulement lorsqu'ils sont bien dirigés et "contenus" comme ici !) et leur sens du comique débarqués dans les années 80 a tout du plaisir coupable assumé !

BIS 1h37

Film réalisé par Dominique Farrugia

Avec Kad Merad, Franck Dubosc, Alexandra Lamy, Gerard Darmon.

NOTE GLOBALE 13 / 20

critique de BIS
Commenter cet article