Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'antre du cinéphile

Critiques de films, news et rétro-cinéma

critique LE HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMEES

Publié le 12 Décembre 2014 par Romain Jankowski

critique LE HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMEES

En 2001 naissait l'une des plus grandes saga de l'Histoire du cinéma. Avec LA COMMUNAUTE DE L'ANNEAU, rien ne fut plus vraiment pareil. Peter Jackson, autrefois réalisateur de BAD TASTE ou encore du fabuleux BRAINDEAD, se voyait propulser comme cinéaste visionnaire. Et bientôt légendaire. Car au delà de son succès, cette saga a été au top pendant six films, arrivant sans cesse à se renouveler pour offrir des spectacles intenses, flamboyants, épiques et parfois poignants. Ce dernier opus, celui qui boucle la boucle, contient tout cela en même temps. Et devient par la même occasion, le chef d-oeuvre de cette trilogie du HOBBIT.

Je ne vais pas vous le cacher : quelle tristesse ! Triste du dénouement, de cette fin, une nostalgie qui prend déjà aux tripes. C'était le dernier voyage. Mais quel dernier voyage ! Pas de surprises, le film s'ouvre sur la fin du second. Le terrible Smaug prêt à faire flamber Lacville. Spectaculaire et sombre, cette introduction est phénoménale. Prenant constamment le point de vue humain pour renforcer l'impact émotionnel mais aussi gigantesque. Le dragon semble, en effet, encore plus monstrueux. Et ce ne sera que le début d'un spectacle à l'ambition démesurée. Une bataille exceptionnelle pendant prés d'une heure, avec des corps à corps entre Thorin et Azog ou encore celui, dantesque, entre Legolas et Bolg, un combat très surprenant et intense entre Saroumane, Galadriel, Elrond luttant face à Sauron et ses sbires. Mais il y a également un combat plus intime que l'on montre à l'écran, celui de Thorin face à la folie du trésor. Richard Armitage livre une prestation hors normes, étant toujours dans le bon rythme, n'en faisant jamais trop. Face à lui Bilbo, l'excellent Martin Freeman, le seul à pouvoir le résonner. Car leur relation, mélange de crainte, de cynisme et de vraie affection profonde, a été la plus intéressante de cette trilogie. Sans oublier tous ces nains, tellement attachants ou encore Tauriel et le formidable Legolas que l'on découvre plus en profondeur, Bard, le nouveau chef toujours ultra-charismatique, Thranduil qui se montre un peu plus nuancé. Et, évidemment, Gandalf toujours au sommet de sa forme.

Parfois, on se demande comment de simples hommes ont pu constituer un tel univers, de telles séquences de batailles ahurissantes, de tels personnages, majestueux, dangereux, ignobles, magnifiques. La grâce est de tous les plans. Ces envolées au-dessus de la mêlée , l'arrivée héroïque et magistrale de la compagnie des nains, l'invasion du refuge des habitants de Lacville par les orcs, les sentiments profonds qui unis certains protagonistes, les chorégraphies de combats... On a vraiment le droit à un spectacle qu'aucun blockbuster n'arrive à nous sortir. Pas de ce calibre là.

Alors forcément, on va chercher, essayer de trouver un détail qui ne va pas, une chute quelque part. Il y a, d'une part, la coupe visible de certaines séquences que l'on peut regretter. Mais, peut-être, que le grand point faible de ce dernier chapitre c'est la bande originale. Malgré tout le talent d'Howard Shore pour composer des mélodies magnifiques, il n'arrive pas ici à trouver l'élan élégiaque du RETOUR DU ROI.

Ce n'est même pas un conseil. Vous DEVEZ voir ce HOBBIT 3, savourez un univers qui nous manquera mais qui restera dans les mémoires à jamais. Merci Peter, merci Weta, merci tout le monde !

LE HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMEES 2h24

Film réalisé par Peter Jackson

Avec Richard Armitage, Martin Freeman, Orlando Bloom, Ian Mckellen.

NOTE GLOBALE 20 / 20

critique LE HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMEES
Commenter cet article